Articles similaires

Nationale

#TITRE

287

Tebboune, Benflis et les autres sur la ligne

26 octobre 2019 | 19:19

Plusieurs candidats à l’élection présidentielle du 12 décembre prochain ont déposé ce samedi leur dossier de candidature, au siège de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) au Palais des Nations.

L’ex Premier ministre Abdelmadjid Tebboune a déposé hier comme il l’a annoncé son dossier de candidature à la Présidentielle du 12 décembre. Dans une déclaration à la presse à l’issue du dépôt de son dossier de candidature, M. Tebboune a affirmé avoir rempli toutes les conditions énoncées, ajoutant qu’il exposera son programme électoral ultérieurement. Selon lui l’élection présidentielle constitue "un nouveau départ et l’unique solution à même de consacrer la souveraineté du peuple prévue aux articles 7 et 8 dont le Hirak a revendiqué l’application". Les solutions existent "notamment lorsque la volonté et l’acceptation du peuple sont réunies", a-t-il ajouté, avant d’affirmer qu’il va travailler à l’édification "d’une nouvelle république où le citoyen algérien trouvera ses repères et renforcera la cohésion entre les algériens". Le programme électoral de M. Tebboune "touchera aux volets économiques, sociaux et culturels". M. Tebboune a fait savoir que l’Algérie vivait aujourd’hui "une étape historique à laquelle nous devrons nous adapter", soulignant que la campagne électorale "sera nouvelle compte tenu des conditions changeantes que vit le pays actuellement par rapport aux 20 dernières années". Il a souligné, en outre, l’existence d’un écart considérable "entre l’élection libre et intègre et la désignation lors d’une étape transitoire", ajoutant que "la démocratie ne réside pas dans la désignation car aucune partie ne dispose de la légitimité pour désigner une quelconque personne".

Refusant de donner le nombre de formulaires qu’il a récoltés, Tebboune a défendu la tenue d’une présidentielle contre celle d’une période de transition. Pour lui, une période de transition est une « aventure » et ne « peut être l’expression de la démocratie ». Il a insisté sur la « désignation » qu’implique la transition alors que l’élection est « l’expression de la volonté populaire ». « En tant que démocrate, je dis qu’il y a une grande différence entre l’élection et la désignation », ajoute M. Tebboune. Il n’a pas hésité à dire qu’il n’y avait pas de solution en dehors de l’élection et que « le peuple est la source de la

souveraineté et nous n’irons plus aux désignations”. Âgé de 73 ans, Premier ministre de Bouteflika de mai à août 2017, Abdelmajid Tebboune est surtout connu pour sa longévité à la tête du ministère de l’Habitat où il a inauguré sa formule miracle du logement location-vente. Mais les Algériens retiendront de lui qu’il avait, en 2016, fanfaronné en affirmant que la crise du logement sera vaincue en 2018.

Pour sa part, Ali Benflis a déposé hier son dossier de candidature au siège de l’Autorité nationale indépendante de la présidentielle, où il a été personnellement reçu par Mohamed Charfi, président de l’instance pour la poignée de main traditionnelle devant les caméras de télévision et les flashes des photographes.

Ali Benflis a tenu aussi à remercier les citoyens qui lui ont accordé leurs signatures pour appuyer sa candidature.

« A travers le dépôt de mon dossier, je confirme mon intention de participer à la présidentielle du 12 décembre prochain, mais ma décision n’a pas été facile vu la situation de crise violente et profonde qui frappe notre pays », a déclaré le candidat en parlant du besoin du pays « d’institutions politiques légitimes et en décrivant des indicateurs économiques au rouge et une situation sociale « explosive ».

Tout en rappelant ses multiples mises en garde contre le risque de voir la crise politique se prolonger, Benflis a mis en exergue trois facteurs pour justifier sa candidature

"La spirale de la crise dont il faut impérativement sortir quel que soit le sacrifice", "la présidentielle comme la voie pénible et la moins coûteuse", et enfin l’opportunité d’une rupture politique à l’occasion de cette présidentielle si elle se déroule dans des conditions de régularité et de transparence"

Cette présidentielle, de l’avis de Benflis, "peut apporter au pays une plus-value et aboutir aussi à l’émergence d’une direction politique légitime pour rassembler le pays autour du projet national rénové".

A l’heure où nous rédigeons ces lignes, six postulants ont déposé leurs dossiers auprès de l’ANIE. Il s’agit du secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Azzedine Mihoubi, du président du Mouvement El-Bina, Abdelkader Bengrina, du président du parti du Rassemblement algérien (RA), Ali Zeghdoud et de l’ancien Premier ministre Abdelmadjid Tebboune, de Ali Benflis et d’un indépendant, Habirat Abderrezak.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter