Nationale

#TITRE

518

Transfert illégal de capitaux vers l’étranger

Takhout bientôt devant le juge d’instruction

27 avril 2019 | 15:00
Redouane Hannachi

Le juge d’instruction du pôle judiciaire du tribunal de Sidi M’hamed, dépendant de la compétence locale et territoriale de la cour d’Alger, procédera, lors des prochains jours, à l’audition de l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout dans le cadre de l’affaire de malversations dans laquelle sont directement impliqués des anciens et actuels hauts responsables ayant occupé des postes clés dans des ministères et plusieurs institutions d’Etat.C’est ce qu’a fait savoir une source judiciaire au Jeune Independant. 
Ces derniers sont poursuivis, selon les enquêtes préliminaires, pour abus de confiance et négligence manifeste ayant conduit à la dilapidation de deniers publics, ainsi que pour trafic d’influence, abus d’autorité, octrois d’avantages à titre de complaisance et utilisation des biens publics à des fins personnelles.
L’homme proche de l’ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia sera entendu par le magistrat instructeur sur à son implication directe dans, entre autres la conclusion de marchés non réglementés avec des sociétés étrangères et le transfert illégal de capitaux vers l’étranger, indique la même source qui a ajouté que le patron de l’usine de montage de voitures Hyundai sera par ailleurs auditionné au sujet du parc de bus de l’Etusa (ex-RST) qu’il a accaparé à l’époque ou Ahmed Ouyahia était chef du gouvernement.
Pour rappel, Tahkout a été interpellé le 31 mars 2019 à l’Aéroport international d’Alger par des officiers de la PAF. Ces derniers lui ont interdit d’approcher son avion privé, qui a été mis sous scellés.
Tahkout n’est pas le seul homme d’affaires à avoir fait l’objet d’une interdiction de sortie de territoire.
Le wali de Tizi Ouzou a annulé, le lundi 1er avril, le marché de voitures de marque Hyundai attribué au concessionnaire automobile Cima Motors, appartenant à Mahieddine Tahkout.
Le marché, qualifié d’illégal, avait soulevé une grande polémique depuis le mois d’octobre 2018. Attribué par le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales et actuel Premier ministre, Noureddine Bedoui, au concessionnaire automobile Cima Motors, appartenant à Mahieddine Tahkout, le marché consistait en l’achat de 1 541 voitures touristiques de type « Hyundai Creta » par les Assemblées populaires communales (APC).
Les walis vont ainsi mettre fin à ce gros marché, qui allait être financé par le Fonds de garantie et de solidarité des collectivités locales (FGSCL), initialement destiné à la gestion, à l’entretien, à l’équipement et aux cantines scolaires du cycle primaire.
Cette transaction avait d’ailleurs été dénoncée par les présidents d’APC au moment de sa conclusion.
Les premiers responsables des wilayas avaient ainsi mis fin aux injonctions de Noureddine Bedoui sur le choix du concessionnaire, en instruisant les directeurs des administrations locales à saisir rapidement les chefs de daïras qui, à leur tour, devaient informer les présidents d’APC pour recourir à des consultations, et ce en application des articles 5 et 13 du décret présidentiel 15-247 du 16 septembre 2015 régissant les marchés publics.
Dans un message transmis aux chefs de daïra et aux P/APC, il était indiqué que l’offre de Cima Motors, de Mahieddine Tahkout, n’était pas concurrentielle par rapport aux autres opérateurs qui activent sur le marché de l’automobile.
Cette annulation intervenait suite aux recherches entreprises par une section spéciale de recherche et d’investigation chargée d’élucider l’attribution opaque des marchés publics d’envergure, outrepassant le code des marchés dont le recours aux consultations et aux avis d’appels d’offres au mieux disant.
Redouane Hannachi

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter