Articles similaires

Nationale

#TITRE

943

Suppression du service civil pour les médecins : le niet de Hasbellaoui

15 janvier 2018 | 02:50


Tout comme les deux précédentes, la troisième rencontre, qui a réuni samedi les médecins résidents avec le ministre de la Santé n’a pas été fructueuse.


Après une réunion de deux heures entre le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière Mokhtar Hasbellaoui et les représentant des médecins résident au sein de son cabinet ministériel, les protestataires ont décidé hier de maintenir leur mouvement de protestation déclenché depuis novembre dernier. Bien que la rencontre de Mokhtar Hasbellaoui avec les représentants des médecins résidents a abouti à un consensus sur certains points tels l’amélioration de leurs conditions de travail et leur encadrement pédagogique, le dialogue bute toujours sur les deux points jugés cruciaux, à savoir l’obligation du service civil et le service militaire.
Des assemblées générales tenues ce dimanche dans les différentes facultés de médecine ont tranché pour la poursuite du débrayage. Selon, Mohamed Taïleb, membre du bureau national du Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra), cette rencontre, la troisième du genre, entre le ministre et les représentants des médecins résidents a permis aux délégués des médecins résidents de présenter leur plate-forme de revendications au ministre, mais « sans parvenir à un accord sur certaines revendications alors que d’autres restent en suspens », dont celle de l’obligation du service civil. Quant à la question relative au service militaire, le représentant du Camra a indiqué que le ministre a rappelé que la revendication liée au service national « ne faisait pas partie des prérogatives de son ministère.
Il leur a toutefois fait état de « la mise en place de commissions mixtes avec d’autres secteurs egroupant la Direction générale de la fonction publique et de la réforme administrative, le ministère de la Défense nationale ainsi que le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique pour trancher la question. Pour rappel, les revendications des médecins résidents portent principalement sur l’abrogation du caractère obligatoire du service civil, imposé aux médecins en spécialisation au terme de leurs études pour exercer dans des zones reculées avant d’obtenir leur diplôme. Les médecins résidents revendiquent également l’annulation du service militaire, déplorant le fait qu’ils soient exclus des décisions de dispense émanant du président de la République et qui concerne les citoyens nés entre 1985 et 1987.
Le ministre de la Santé, le professeur Hasbellaoui, avait admis samedi, lors d’une réunion avec les directeurs de la santé de wilayas et les directeurs généraux des CHU et des hôpitaux, que la protestation des médecins résidents était justifiée notamment en ce qui concerne leurs conditions de travail dans le Sud et les Hauts Plateaux. Mais il a toujours considéré que le service civil est « plus que nécessaire » pour assurer les soins des citoyens dans le Sud et les Hauts Plateaux. Il a de ce fait, affirmé le maintien de se système en vigueur depuis 1984, tout en soulignant la nécessité de le réformer à travers l’amélioration des conditions de travail et la qualité de l’aspect technique ainsi que la dotation en équipements médicaux, et ce pour une meilleure prise en charge des malades dans les zones reculées

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter