Articles similaires

Nationale

#TITRE

573

Sommet Algeria future Energy:Vif intérêt pour le g az de schiste et la pétrochimie

30 octobre 2018 | 20:18


Parmi les thématiques figurant dans l’ordre du jour du sommet énergétique, les panélistes ont tenté de mettre en lumière l’optimisation de la chaîne du gaz et l’amélioration de la performance de l’industrie pétrochimique.


À ce propos, Nouredine Aït Laoussine, ancien ministre de l’Energie et président de Nalcosa SA, estime que les difficultés relatives au transport du gaz d’un point à un autre ont toujours constitué un handicap freinant le développement de la production et la commercialisation de cette ressource. Ce qui « a cassé » en quelque sorte le marché gazier en le qualifiant de « gaz fatal ». Malgré cela, aujourd’hui le gaz est en compétition avec les énergies renouvelables (solaire, éolien) mais également le charbon. Il a affirmé que la meilleure façon de faire progresser la consommation en gaz naturel à l’avenir est de développer sa compétitivité avec les ressources conventionnelles (nucléaire et les énergies fossiles : gaz, pétrole), en imposant des taxes sur, notamment, le charbon qui demeure très demandé par les pays asiatiques.


Mentionnant que la consommation mondiale en gaz a enregistré une hausse de 2,7% en 2017, le secrétaire général du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF), Yury Sentyurin, a indiqué en marge des travaux de cette manifestation internationale que l’Algérie possède un potentiel gazier énorme, ce qui fait d’elle un partenaire stratégique incontournable pour le marché européen, d’autant plus que le groupe pétrolier Sonatrach se rénove pour être l’un des cinq leaders du marché énergique mondial et manifeste une disponibilité à s’ouvrir davantage et à nouer des partenariats gagnant -gagnant avec ses homologues européens.


De son côté, Ahmed El Hachemi Mazighi, vice-président commercialisation à Sonatrach, a expliqué que le groupe pétrolier s’engage à développer l’industrie pétrochimique. Il a cité à ce titre la création d’une usine à Arzew (Oran) en partenariat avec le groupe français Total et qui est en phase finale dans la perspective de produire, entre autres produits, du polypropylène. Sa capacité, de production est estimée à 550 000 tonnes /an. Il a fait observer aussi qu’outre le raffinage, Sonatrach vise à satisfaire le marché national dans le domaine de la pétrochimie. Les investissements engagés sont à même de permettre aux PME utilisant les produits dérivés finis de prospérer.


Il convient de rappeler que, Sonatrach a conclu avant-hier, en marge du sommet énergétique, deux autres contrats. Il s’agit d’un protocole d’entente signé avec le groupe pétrolier britannique BP et le norvégien Equinor dans la zone d’intérêt de Tadmaït. Cet accord porte sur un projet d’exploration et de développement des ressources en gaz, faisant ainsi suite aux résultats de l’étude réalisée en 2013 par Sonatrach et BP. Il permettra d’augmenter la production en gaz des gisements à moyen terme et de prolonger la durée d’exploration des infrastructures de surface déjà existantes. La signature de ce contrat tend aussi à un transfert de savoir-faire et d’expertise des deux groupes pétroliers. Quant au deuxième accord, il porte sur la réalisation de deux unités de séparation de l’air ASUs à Haoud Berkaoui et Azew (Oran). Les signataires de ce deuxième accord sont le groupe national et ses filiales, la Société de conditionnement et de commercialisation des gaz, Cogiz, et la Société spécialisée en production d’hélium et


d’azote, Helios. Par ailleurs, le président-directeur général de Sonatrach a affirmé que le groupe reste ouvert à toutes propositions par d’éventuels partenaires.


Revenant sur les accords conclus avant-hier avec les groupes ENI et Total Ouest portant sur l’exporation offshore, dans les zones d’intérêt Est et le directeur central des énergies nouvelles auprès de Sonatrach, Youcef Khanfar, a indiqué qu’il est indispensable pour l’Algérie, en tant qu’acteur important dans le domaine de l’énergie, de penser à l’exploration offshore. Concernant les contraintes environnementales liées à ce genre de forage, l’intervenant a souligné que le groupe Sonatrach veille à optimiser ses opérations à même de respecter l’homme et l’environnement, en se référant à la législation régissant l’aspect environnemental.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter