Articles similaires

Nationale

#TITRE

563

El-Hadjar : renouvellement des instances syndicales

16 septembre 2018 | 21:30
Sider El-Hadjar Nabil Chaoui


Les travailleurs du complexe sidérurgique d’El-Hadjar se sont réunis ce dimanche en assemblée générale pour débattre de la situation désastreuse que traverse leur usine.


Il a été décidé à l’unanimité l’organisation des élections syndicales à la fin de cette semaine. Ainsi, les 24 unités que compte le complexe sidérurgique vont élire chacune une section syndicale qui, à leur tour, éliront le syndicat d’entreprise. Hier, la presque totalité des travailleurs était au rendez-vous. On y avait dénoncé toutes les malversations qui avaient eu lieu, en une année d’activité, à l’usine sidérurgique. Cela va de la passation de marchés contraire à la réglementation en vigueur, de la vente des produits sidérurgiques (rond à béton, billettes, bobines…) à des particuliers suspects, du recrutement de personnes n’ayant aucun lien avec l’activité sidérurgique, de l’augmentation démesurée de certains salaires, et la liste est encore longue. Les sidérurgistes, dans leur colère, ont cadenassé le siège de l’ancien syndicat d’entreprise, dont les membres sont qualifiés de corrompus et de voleurs. L’actuel PDG de l’usine sidérurgique d’El-Hadjar, qui avait déserté son poste car en désaccord avec le syndicat sortant, est de retour et a pris des décisions importantes. Ainsi, quatre cadres dirigeants sont limogés. Il s’agit du directeur de la sécurité industrielle, du chef de département sécurité industrielle, du directeur des ressources humaines, et de la directrice de la communication.


On apprend, du côté des travailleurs en colère, qu’une commission d’enquête va être dépêchée rapidement par le ministère de tutelle afin d’enquêter sur la gestion catastrophique du complexe, pour lequel l’Etat algérien a dépensé presque 1,5 milliards d’euros en rénovation, et qui ne fonctionne toujours pas convenablement. Un ancien syndicaliste, toujours en activité, nous déclare : « J’étais membre du syndicat d’entreprise, que ce soit avec Aissa Menadi ou Smain Kouadria et à notre époque, malgré la défectuosité des installations industrielles, on produisait et on faisait des bénéfices et surtout, on surveillait tous les contrats de vente ou d’acquisition (…) il y avait la transparence et les pouvoirs publics étaient informés très rapidement s’il y avait des dépassements ; aujourd’hui non. Constatez, tout le monde à Alger, à Annaba et partout en Algérie, sait que c’est Baha Eddine Tliba qui a la mainmise sur le complexe sidérurgique et on l’a laissé faire. Heureusement qu’il y a eu cette colère des travailleurs qui a tout démasqué ».

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter