Nationale

#TITRE

473

Le Premier ministre rassure malgré la baisse des prix du pétrole

Sellal : « L’Algérie résiste et poursuit ses réformes »

31 août 2016 | 19:35
Z. M.

La baisse des cours du pétrole ne semble pas entraver la dynamique des réformes du pays. L’Algérie résiste bien à ce choc externe et poursuit sereinement ses réformes socio-économiques, a affirmé le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, hier depuis Saïda. Il est également revenu sur le nouveau système de départ en retraite.

Le PIB algérien devrait s’établir autour de 160 milliards de dollars au terme de l’exercice 2016, selon les prévisions du « Le Produit intérieur brut (PIB) algérien, qui était de 16 700 milliards de dinars (150 milliards de dollars environ) en 2015 poursuivra sa croissance pour atteindre 17 677 milliards de dinars à fin 2016 alors que les réserves de change ne baisseront pas sous les 100 milliards de dollars en 2019 », a-t-il fait savoir hier au cours de sa visite de travail dans la ville de Saïda.

Le chef de l’exécutif, qui s’est voulu rassurant quant à la santé financière du pays, a ajouté que le PIB algérien poursuivra sa progression jusqu’à 2019 pour atteindre 22 000 milliards de DA en 2019 (dépassant les 200 milliards de dollars), en attribuant cette croissance prévisible à « un renforcement de la production nationale, notamment dans le secteur industriel ».

En réponse aux rapports et prévisions alarmantes de certains analystes et économistes, élaborés dans un contexte marqué par la chute continue du prix du pétrole, dont l’économie nationale est dépendante à plus de 95 %, le Premier ministre persiste à dire que le pays est à l’abri d’une récession.

« Certains croient que l’économie algérienne connaîtra des difficultés durant les prochaines années, mais nous avons étudié la situation et jusqu’à 2019, les réserves de change algériennes ne baisseront pas sous le seuil des 100 milliards de dollars », a-t-il encore assuré.

Pour étayer ses propos, il a tenu à souligner que « les réserves de change sont « bonnes » et l’inflation « stable », se situant entre 4 et 5 %, mais le plus important c’est que « le taux de croissance demeure positif », précisant que celui-ci est de 3,5 % en 2016 et qu’il devrait atteindre 3,9 % en 2017.

« L’Algérie va bien, les choses sont stables et il faudra faire des efforts supplémentaires notamment dans le domaine agricole afin d’exporter davantage », a-t-il insisté, notant « la constante augmentation des crédits à l’économie et la création d’entreprises ». Tout en plaidant pour une « solidarité », le premier ministre a estimé que certaines revendications nécessitent un ajournement.

Dans une déclaration à l’APS, il a estimé que « la concurrence économique devient parfois plus rude et féroce que les guerres », relevant qu’il n’est pas facile de capter les investissements et réaliser des partenariats. Pour Sellal, réussir « notre mue économique est vital » car, a-t-il soutenu, « même si les cours des matières premières augmentent, ils ne couvriront pas nos besoins futurs de développement ».

Il a observé que malgré « l’effondrement » du marché pétrolier et la réduction de moitié du volume de la fiscalité pétrolière, l’Algérie « résiste et continue d’améliorer ses performances économiques ».

Le Premier ministre a souligné, dans ce cadre, que ces résultats ont été obtenus grâce « aux mesures de rationalisation de la dépense, de la maîtrise du commerce extérieur, de la réduction des importations, avec la poursuite des efforts de l’Etat dans le domaine social et les secteurs névralgiques ».

Sellal a indiqué qu’à travers le nouveau modèle de croissance, l’objectif du gouvernement est de « préserver les acquis sociaux en menant des réformes visant l’efficience de notre dispositif économique et social dans l’administration publique et dans l’entreprise. C’est pourquoi il nous faut obligatoirement rester solidaires et accepter la rigueur pour passer à la croissance », a-t-il recommandé.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter