Articles similaires

Regionale

#TITRE

426

Secteur de la pêche à Annaba:Des changements notables mais beaucoup reste à faire

30 octobre 2018 | 19:54


Depuis plusieurs mois, le poisson est devenu une rareté à Annaba. Et si on le retrouve sur les étals, c’est au prix fort et loin des bourses de la classe moyenne. Par exemple la sardine, le poisson le plus consommé à l’échelle nationale, semble « prendre des ailes et renier qu’elle est un produit de la mer », comme nous fait signifié en plaisantant un restaurateur.


Ily a à peine deux ou trois ans, la sardine était cédée à Annaba sur les différents marchés de détail à un prix dépassant rarement 200 dinars, même quand il était question de sardines fraîches provenant directement du port d’El-Kala, à l’extrême est du pays. Aujourd’hui, son prix oscille entre 500 et 600 dinars. Notre restaurateur, autrefois premier spécialiste à Annaba dans la préparation de la sardine nous confie, un peu désemparé, qu’il a tout bonnement supprimé ce produit devenu coûteux de son menu, pour cause de non rentabilité ». Il faut savoir aussi que si les citoyens hurlent leur colère en concernant les nouveaux prix pratiqués sur les produits de mer, les armateurs et marins pécheurs, eux aussi, montrent leur insatisfaction contre l’administration devant la cherté des carburants et surtout l’absence de subvention étatique pour les aider quant aux intrants stratégiques entrant dans la production de la pêche.


Selon des sources proches de l’administration locale, l’Etat a largement contribué au développement de la pêche en Algérie, mais certains investisseurs versés dans ce créneau n’ont pas été à la hauteur de l’aide étatique. On nous signale par exemple que de nombreux bénéficiaires de chalutiers haut de gamme n’ont utilisé à Bou escient les crédits pour l’acquisition de bateaux de pêche. Ces bâteaux, après avoir été réceptionnés ont été revendus plusieurs fois ou transformés en embarcations de plaisance.


A chaque jour qui passe, malgré le formidable travail opéré par la direction de la pêche de la wilaya d’Annaba, au port de pêche de la Grenouillère tant au port de Chétaibi, la situation est vraiment désespérée pour certains patrons pêcheurs sérieux : « Que l’Etat nous aide ; au moins que l’on nous assiste une année ou deux, puis ce sera le décollage certain. Il y aura suite à cela l’augmentation de la production et la baisse des prix des produits de mer qui diminueront sensiblement ». Un armateur rencontré sur le port de la Grenouillère, qui a requis l’anonymat, nous a déclaré : « Ce n’est pas le poisson qui manque, ce sont les moyens. D’ailleurs il est connu que notre poisson meurt de vieillesse ». Du côté de la direction de la pêche d’Annaba, on nous a affirmé que plusieurs problèmes liés à ce secteur ont été réglés au plus vite suite aux instructions de la tutelle.


On nous cite à titre d’exemple que la station de gas-oil en arrêt depuis plusieurs années a été complètement remise à neuf et mise en service ; la Pêcherie, espace où se tient la vente sous ses multiples variantes, a été elle aussi remise à neuf. Des changements importants ont aussi conduit à l’établissement de chambres froides et de fabrique de glace, ainsi qu’au contrôle sanitaire des produits de pêche. Enfin, concernant les embarcations de pêche vétustes, on nous signale qu’un recensement a été effectué et que’lles seront remplacées par d’autres plus performantes.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter