Nationale

#TITRE

199

Secteur de l’emploi : Des résultats probants

23 décembre 2017 | 20:45
Saïd Tissegouine

L’an 2017 a été une année charnière en matière d’activité lucrative pour la jeunesse dans la wilaya de Tizi Ouzou. L’Agence nationale de l’emploi (ANEM), à elle seule, a en effet réussi pas moins de 14 294 placements de jeunes demandeurs d’emploi.

Dans le cadre de l’ANSEJ (Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes), le nombre de projets financés et accompagnés du 1er janvier au 10 décembre 2017 est de 215. Ces projets ont assuré 580 postes de travail. En ce qui concerne la CNAC (Caisse nationale assurance chômage), le nombre de projets financés et accompagnés est de 130.

Ces projets porteurs ont engendré pas moins de 376 emplois. Ces données ont été fournies au Jeune Indépendant, jeudi dernier, par Mustapha Aoussi, Hakim Ould-Ali, Riadh Khouas et Yazid Tizrarine qui sont, respectivement, directeur de l’emploi de la wilaya de Tizi Ouzou, directeur de la CNAC, directeur de l’ANSEJ et directeur de l’Agence régionale de l’emploi de la wilaya de Tizi Ouzou.

La sortie médiatique de ces responsables entre dans le cadre de la journée de communication sur les activités du secteur de l’emploi. Notons que cette conférence de presse a été précédée par une visite des services concernés, au cours de laquelle des explications détaillées ont été fournies sur les différents mécanismes opérationnels.

Deux entreprises qui ont été mises sur pied par de jeunes promoteurs ambitieux, avec le soutien de l’ANSEJ et de la CNAC, ont également été visitées.

La première entreprise, sise à Boukhalfa, est spécialisée dans la fabrication des laits et ses dérivés. Créée en 2014 et opérationnelle dès l’année qui a suivi, cette entreprise baptisée Le Friand assure une production de 2 200 litres par jour. Sa main-d’œuvre compte 34 employés dont 4 ont été placés par l’ANEM. 

Le coût d’investissement absorbé par Le Friand a été de 9 millions de DA. Les carnets de commande de cette entreprise concernant les laits et fromages sont importants.
De toutes les régions du pays, on passe commande.

La deuxième entreprise visitée, à la sortie ouest de la ville de Tizi Ouzou, est spécialisée dans la fabrique des outils électroniques. Son fondateur, Amar Moumeni, après avoir été un temps en France, a décidé de rentrer au pays pour le faire profiter de son savoir scientifique.

Ingénieur en électricité de formation, Amar Moumeni a révolutionné certains principes et outils d’électricité. Avec un appareil électronique dont le système fonctionnel obéit presque à la même logique que l’informatique, une panne électrique est aussitôt identifiée et son endroit exact détecté, et ce en quelques minutes seulement, voire une seule minute.

Dans le système de réparation classique, l’électricien prend un marteau et un bureau et suit toute une ligne de creusage pour espérer trouver l’endroit de la faille.

Avec la nouvelle formule utilisée par l’entreprise Moumeni, la réparation est faite en une demi-journée seulement. Avec la méthode classique, le temps nécessaire pour une telle réparation ne peut être inférieur à trois jours. 

La révolution a également porté sur la gaine des fils électriques. La gaine fabriquée par l’entreprise Moumeni, de couleur grise, est très résistante. Elle ne s’écrase pas sous le poids et, par conséquent, les fils électriques la traversant sont mieux protégés.

Amar Moumeni nous a appris également que l’ancienne gaine de couleur rouge est interdite en Europe à l’utilisation depuis 1983. Cette gaine grise est appelée ECT 34-22. Notons enfin que, sur ce chapitre précis, il va sans dire que le carnet de commande de l’entreprise Moumeni, montée avec le concours de l’ANSEJ et de la CNAC, est bien rempli.

La méthode d’électrification de cette entreprise, en activité exponentielle, est considérée comme celle de l’avenir. S’agissant de la conférence de presse animée par les quatre responsables, l’accent a été surtout mis sur la volonté des pouvoirs publics de continuer à aller de l’avant pour répondre au mieux aux attentes des jeunes en matière d’emploi et de carrière. Les conférenciers ont également insisté sur le rôle des médias, très important, dans la transmission des informations aux populations concernées.

La désinformation peut détruire le climat de confiance entre les différents partenaires. L’ANSEJ n’a jamais déposé la moindre plainte contre un quelconque promoteur pour ne pas avoir honoré son échéance de remboursement. Les plaintes de l’ANSEJ ont ciblé les auteurs de détournement de deniers publics, c’est-à-dire les escrocs.

Concernant les rapports entre la CNAC et les banques, elles sont au beau fixe. Pour ce qui est de la rémunération des employés recrutés par les employeurs privés dans le cadre du préemploi, une nouveauté pointe à l’horizon.

En effet, une nouvelle loi à l’étude obligera les employeurs à payer leurs employés selon la grille salariale en vigueur. Après la période d’essai, le jeune employé, s’il est reconnu compétent et apte à occuper le poste, percevra un salaire mérité. Une mauvaise nouvelle pour les patrons esclavagistes.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter