Nationale

#TITRE

513

Sang chaud entre les diabétiques et le ministre du travail

9 août 2018 | 02:50
Lynda Louifi


LES DERNIÈRES déclarations du ministre du Travail et de la Sécurité sociale à Boumerdès, accusant les malades diabétiques de « gaspillage » d’insuline et de bandelette de mesure du taux de Glycémie, ont suscité l’indignation chez cette catégorie de malades chroniques notamment de l’Association nationale des diabétiques.Celle-ci accuse Mourad Zemali de vouloir faire des économies sur le dos des malades.
Dans une déclaration rapportée par lesmédias, Mourad Zemali, en marge d’une visite de travail dans la wilaya de Boumerdès, considère que les diabétiques consomment beaucoup de médicaments et leur recours aux bandelettes pour l’auto-mesure du taux de glycémie est exagéré.
« Un diabétique n’est pas censé mesurer son taux de glycémie chaque matin. Mesurer deux fois par jour est extrêmement exagéré et c’est la source de ce grand gaspillage ». Des propos qui n’ont pas été du goût des malades atteints de diabète. Dans un communiqué, le ministère du Travail a tenu à expliquer que « les propos (du ministre) ont été mal interprétés par certains médias, induisant ainsi en erreur le lecteur et surtout les malades », ajoutant que « les informations fournies par la CNAS à cette frange d’assurés sociaux nécessite donc des éclaircissements auprès de l’opinion publique ». 


Le ministère a expliqué qu’« il est important de rappeler que les malades diabétiques de type 1 insulinodépendants ainsi que les malades diabétiques de type 2 non stabilisés traités par hypoglycémiants oraux et insulino-requérants en traitement associé ne sont pas concernés par une limitation du nombre de bandelettes réactives, dès lors qu’ils sont mis sous insuline ».
S’agissant de la prise en charge d’une boîte de bandelettes par trimestre, le département de Zemali précise qu’elle concerne « uniquement et exclusivement les malades chroniques de type 2 stabilisés traités par hypoglycémiants oraux et non insulinorequérants, et ce, conformément aux normes de bonne pratique médicale, aux normes et standards universels et aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (O.M.S) ».
« Pour les malades diabétiques de type 2 chez qui une insulinothérapie a été instaurée par le médecin traitant, la totalité des bandelettes réactives prescrites sont prises en charge après accord médical de la CNAS », ajoute cependant la même source. Il est à rappeler que le nombre de malades diabétiques pris en charge par la CNAS durant l’exercice 2017 s’élève à 1.479.244 dont 446.596 de type 1 (insulinodépendants) et 1.032.648 de type 2 (non insulinodépendants). Le nombre de boîtes de bandelettes réactives prises en charge par la CNAS au cours de l’exercice 2017, et qu’il faut préciser, sont importées à des proportions inquiétantes de 8.515.869 unités correspondant à un montant de 13.513.990.995 DA (117.871.705,15 dollars US).

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter