Culture

#TITRE

392

Riq echaytan à Tyr

16 août 2016 | 19:01
R. C

La pièce théâtrale Riq echaytan de Haroun El Killani, mise en scène par Azzouz Abdelkader, est au programme du troisième Festival international du théâtre du Liban, prévu du samedi 20 au vendredi 26 août dans les villes de Nabatiyeh, Tyr et Beyrouth.

Produit par la coopérative Sarkhat errok’h (le cri de la scène) de Tamanrasset, le monodrame Riq echaytan (La salive du diable) est joué par Wahiba Bâali.

Cette comédienne est connue pour son succès lors de sa première apparition professionnelle sur les planches avec son rôle dans Nedjma, une adaptation éponyme du roman de Kateb Yacine, mise en scène par Ahmed Benaïssa en 2013 et jouée par des comédiens amateurs.

Deux ans plus tard, Wahiba Bâ. Remportera le Prix de la meilleure interprétation féminine pour cette même pièce au 15e Festival international du théâtre d’El Bouqâa au Soudan.

Avec la même troupe, elle participera activement au développement du théâtre à Tamanrasset et dans tout le grand sud algérien. En juillet dernier, Riq echaytan a reçu le Prix de la meilleure interprétation féminine et celui de la meilleure mise en scène au 2e Festival international du théâtre de la province de Sidi Kacem au nord du Maroc.

La représentation de cette pièce aura lieu dans la ville de Nabatiyeh (le vendredi 26 août). Le mouvement théâtral indépendant dans ce pays sera représenté par l’Algérie, mais aussi par l’Argentine, la Syrie, la Palestine, la Tunisie, la Libye, l’Irak, l’Espagne, la Slovénie et le Liban.

Ce Festival vise la consolidation du théâtre du Sud du Liban en réunissant des compagnies de théâtre indépendantes de plusieurs pays, non sans compter sur les contributions des universités et troupes libanaises. Initié par Istanbouli Théâtre et l’association Tyr pour les arts avec le soutien de la municipalité de Nabatiyeh, la ville de Tyr, les ministères de la Culture et du Tourisme du Liban et la Régie Libanaise, en collaboration avec la Fédération des municipalités d’Alshaqif, ce festival lancera sa troisième édition à Nabatiyeh au Stars Cinéma avec notamment un carnaval de rue. Les deux premières pièces à l’affiche sont Cheval de bois d’Iran, sous la direction de Abo Alfazl Tabassi, et Sonata plomb d’Irak, dirigée par Hussein Joubar.

L’une a trait à la tradition de la récolte et la célébration de mariage, et l’autre à un jeu sur le labyrinthe en temps de guerre. Les festivaliers retiendront, entre autres, la programmation de la pièce (le dimanche 21 août au Stars Cinéma) Les pleurs de Mona Lisa de Charh Elbal Abdelhadi, soit une collaboration entre la Libye et la Tunisie, proposant une réflexion sur le temps et les souvenirs.

Autant de pièces inhérentes à une vision du mouvement théâtral indépendant qui feront le bonheur des festivaliers et du large public. Il y aura également nombre d’ateliers de formation, des conférences, un récital poétique et des débats autour des œuvres théâtrales, avant la remise des différents prix (meilleur comédien, meilleure comédienne, meilleure direction, meilleur scénographie, meilleur texte théâtral et meilleure dramaturgie) lors de la soirée de clôture. 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter