Articles similaires

Nationale

#TITRE

266

Réunion consultative : Forte implication des étudiants

24 août 2019 | 18:00
Hirak Aziza Mehdid

L’évolution importante que prend le mouvement estudiantin fait de ce dernier un élément incontournable dans toute initiative pour une éventuelle sortie de crise. Après la rencontre du 15 juin et celle du 6 juillet à Ain Benian, les étudiants étaient présents à la réunion consultative tenue ce samedi 24 août à Alger entre la société civile et la classe politique. 
Ce sont, en fait, deux structures estudiantines, en l’occurrence le Pôle des étudiants algériens (Alger) et l’Union des étudiants Alger 1, qui ont signé cette participation à travers leurs représentants. 
Sur la nature de cette présence, les étudiants participants s’accordent à dire que cette rencontre est une opportunité à saisir pour se faire connaître auprès des diverses dynamiques de la société.
Pour le pôle, la décision de prendre part à la rencontre en question est l’approbation de la majorité des membres, issue d’un sondage d’opinion. C’est ce que nous a affirmé Adel, un des représentants de cette entité étudiante, précisant qu’ils ont déjà eu l’occasion d’assister à l’initiative de la société civile du 15 juin et au Forum du dialogue national tenu le 6 juillet à Ain Benian. Notre interlocuteur a expliqué qu’une telle participation leur permettra d’observer et voir de près l’évolution du discours des acteurs de la scène nationale contenant les solutions éventuelles.
Par ailleurs, Melissa, représentante du Pôle d’Alger, relève que l’étudiant aspire aujourd’hui à voir une bonne volonté dans les négociations, qui vise à faire émerger une solution et être surtout à la hauteur des attentes du peuple, qui poursuit la mobilisation dans des conditions difficiles. Soulignant dans le même sens que le principal pour la communauté estudiantine étant d’arriver à se structurer et de s’unir autour d’un compromis. « Nous allions organiser une conférence nationale le 17 août dernier, mais, faute d’autorisation, l’événement a été annulé à la dernière minute. Maintenant, nous travaillons pour qu’une rencontre nationale des étudiants soit organisée en septembre prochain, et qui regroupera plusieurs entités », poursuit-elle.
De son côté, Nadim, étudiant à la faculté centrale et membre de l’Union des étudiants Alger1, a indiqué que leur structure prend part pour la première fois à ce type de rencontre. « C’est une opportunité pour observer et s’initier à l’activité politique. Nous allons informer nos camarades sur les résolutions de cette rencontre qui s’avère importante, eu égard au nombre et à la qualité des participants. » Et de reprendre : « Nous sommes une structure qui vient d’émerger du Hirak, donc notre présence ici parmi les différentes sensibilités de la classe politique et les principales dynamiques de la société civile visera à faire connaître notre entité estudiantine ». 
En outre, La Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH), un des principaux acteurs de la société civile, qualifie les étudiants de moteur du mouvement populaire du 22 février 2019 et partie intégrante de la sphère civile.
« Il faut rappeler que le Hirak est d’essence jeune. Aujourd’hui c’est la jeunesse qui doit prendre place et participer en force dans la destinée du pays et de ce fait, les étudiants forment l’élite de la jeunesse », nous a indiqué Said Salhi, vice-président de la LADDH. « Personnellement, je pense que leur apport est vraiment important pour la société civile. » Affichant un grand optimisme quant à la maturité des étudiants, Salhi estime que leur implication dans la scène politique et l’élaboration d’une feuille de route basée sur la satisfaction des revendications populaires est une exigence des jeunes eux-mêmes à laquelle la société civile essayera de répondre. Et d’ajouter dans le même sillage : « La révolution du 22 février dernier a été déclenchée par des jeunes qui dénoncent l’exclusion et l’oppression et demandent à se projeter dans leur pays. » L’Objectif de cette rencontre consultative étant justement d’élargir les concertations aux différentes dynamiques de la société, partant du principe d’aplanir les divergences et focaliser sur les points de convergence pour aller vers une vision consensuelle, explique le vice-président de LADDH.
Autant dire qu’avec toutes les rencontres de concertation qui se multiplient entre la société civile et la classe politique d’une part, et l’émergence des entités estudiantines d’autre part, la rentrée sociale s’annonce décisive, de l’avis des observateurs de la scène nationale. C’est déjà un tournant important dans la vie du Hirak. C’est l’avis du sociologue Nacer Djabi, qui prédit un durcissement, d’autant que le peuple a fait preuve d’une grande capacité quant à la mobilisation et d’une intelligence à même de hisser son Hirak à des niveaux élevés.
Aziza Mehdid

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter