Articles similaires

Nationale

#TITRE

528

Remontée des cours du brut

24 août 2018 | 20:52


Les cours du pétrole ont monté à nouveau ce vendredi en cours d’échanges européens alors que les investisseurs profitaient de la faiblesse du dollar pour effectuer des achats avec d’autres devises.


Hier vers 14h GMT, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre valait 76,35 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 1,62 dollar par rapport à la clôture de jeudi.


Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI)pour la même échéance prenait 1,45 dollar à 69,28 dollars une heure après son ouverture.


Le Brent a touché vers 13H50 GMT son plus haut niveau en près d’un mois et demi à 76,42 dollars.


"Le pétrole a reçu un coup de fouet du marché des changes" alors que le dollar reculait, a commenté Stephen Brennock, analyste chez PVM.


"Les sanctions iraniennes commencent à mordre sur l’offre du marché de l’énergie", a ajouté Artjom Hatsaturjants, analyste chez Accendo Markets.


Les mesures prises par Washington dans le cadre de la sortie des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien empêcheront début novembre les importateurs de pétrole de se fournir auprès de Téhéran.


Alors que les acheteurs se préparent à l’entrée en vigueur de ces sanctions, les exportations iraniennes reculent déjà.


"L’Iran est le troisième plus grand producteur de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole), et sa production pourrait reculer d’entre 1 million et 2,5 millions de barils par jour", a ajouté M. Hatsaturjants.


La semaine prochaine, se réuniront certains des membres de l’OPEP ainsi que des représentants de leurs partenaires, qui contrôlent leurs extractions depuis début 2017, pour éviter un surplus de l’offre.


Le ministre iranien de l’Energie sera convié à cette réunion, alors que Téhéran accuse ses partenaires saoudiens et russes de le pénaliser en augmentant leurs productions respectives, ce qui atténue les effets négatifs des sanctions pour les autres pays que l’Iran.


Mais pour les experts, d’autres données peuvent surgir dans quelque temps. Notamment sur le plan de la politique intérieure américaine. Alors que les élections de mi-mandat approchent à grands pas outre-Atlantique, Donald Trump cherche à préserver le pouvoir d’achat des ménages américains en maintenant les prix du pétrole sous pression.


A l’approche des élections législatives de mi-mandat, Donald Trump fourbit ses armes. Alors que l’inflation est déjà orientée à la hausse aux Etats-Unis, “le président républicain cherche par tous les moyens à contenter les électeurs américains en évitant une hausse du prix du gallon d’essence au-delà de 3 dollars, un niveau qui correspond à un baril de pétrole supérieur à 80 dollars”, souligne Alain Corbani, responsable matières premières et gérant du fonds Global Gold and Precious chez Finance SA.


A cet effet, le département américain de l’énergie (DoE) vient d’annoncer que 11 millions de barils de pétrole issus des réserves stratégiques des Etats-Unis seraient mis en vente entre le 1er octobre et le 30 novembre. Une fenêtre de tir choisie à dessein, pour anticiper l’impact négatif sur l’offre d’or noir (et donc l’impact positif sur les cours) des sanctions contre l’Iran, qui empêcheront ses exportations de pétrole vers certaines régions du monde à partir de début de novembre. “Pour l’heure, l’Iran exporte près de 3,5 millions de barils par jour, dont deux tiers en direction de l’Inde et de la Chine. Le reliquat est essentiellement réparti entre la Corée du Sud, le Japon et l’Europe. Or, le Vieux Continent va respecter l’embargo, et ce sera probablement aussi le cas de Séoul et Tokyo”, estime l’expert de Finance SA.


 


Autant dire que Trump a calculé son coup et que les cours ne pourront pas subir les pressions du recul des exportations iraniennes

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter