Articles similaires

Nationale

#TITRE

469

Remontée de l’or noir grace aux efforts de l’OPEP

9 janvier 2019 | 23:05


Les prix du pétrole grimpaient au-delà de 60 dollars le baril ce mercredi dans un marché mondial rassuré par les efforts de l’Opep pour limiter sa production, au moment où les craintes sur la demande s’apaisent dans le sillage d’une fin d’année fébrile. Le baril de Brent pour livraison en mars a atteint son plus haut en trois semaines et demi vers 16H35 GMT (17H35 à Alger) à 61,22 dollars, en hausse de 21% sur les deux dernières semaines.


Les cours remontaient depuis huit séances, alors que les producteurs de l’Opep ont limité leurs extractions, comme ils l’avaient promis début décembre, et tandis que les investisseurs sont plus optimistes sur la demande en raison des négociations commerciales sino-américaines. Les cours de l’or noir avaient dégringolé fin 2018 pour atteindre leur plus bas niveau en un an et demi, à 49,93 dollars pour le Brent et à 42,36 dollars pour le WTI. « Le marché du pétrole se basait sur des perspectives particulièrement négatives pour la croissance mondiale en 2019 », a souligné Joel Hancock, analyste de Natixis. Une croissance mondiale robuste s’accompagne d’une demande d’essence soutenue. Les prix du pétrole ont donc profité depuis le début de la semaine des négociations entre la Chine et les Etats-Unis, alors que les tensions commerciales menaçaient de peser sur l’économie mondiale en 2019. « Les négociations ont été étendues d’un jour, ce qui nourrit l’espoir qu’un accord final sera trouvé », a commenté Stephen Brennock, analyste de PVM. « La hausse a également été nourrie par la baisse de production de l’Opep en décembre », a-t-il ajouté, citant les données de l’agence spécialisée Platts publiées mardi.


L’Opep et ses partenaires, dont la Russie, avaient annoncé fin décembre qu’ils réduiraient leur production, une décision qui n’avait à l’époque pas suffi à faire remonter les prix. Les producteurs de l’Opep ont limité leurs extractions, comme ils l’avaient promis début décembre, tandis que les investisseurs sont plus optimistes sur la demande en raison des négociations commerciales sino-américaines. Les cours de l’or noir avaient dégringolé fin 2018 pour atteindre leur plus bas niveau en un an et demi, à 49,93 dollars pour le Brent et à 42,36 dollars pour le WTI.« Il fallait que la demande reste dynamique, ces baisses de production n’auraient pas suffi à elles seules à rééquilibrer le marché », ont estimé les analystes de Commerzbank. Par ailleurs, la reprise des cours pourrait être limitée car « de nombreux producteurs de l’Opep avaient augmenté leur production avant la réunion de décembre, et il y a énormément de pétrole +sur l’eau+ (stockée dans des navires pétroliers, ndlr) à écouler sur le marché », ont prévenu les analystes de Morgan Stanley.


A plus court terme, les investisseurs vont se tourner vers la publication des données hebdomadaires de l’Agence américaine d’information sur l’Energie (EIA) sur les stocks américains. Pour la semaine achevée le 4 janvier, les analystes tablent sur une baisse de 1,75 million de barils des stocks de brut, sur une hausse de 3,4 millions de barils des stocks d’essence et d’un million de barils des stocks d’autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole), selon la médiane d’un consensus compilé par Bloomberg.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter