Opinions

#TITRE

476

Recentrer le débat

1er avril 2019 | 19:30
Mohamed Nazim Aziri

Face au manque de visibilité caractérisant la scène politique nationale, le recentrage du débat ne s’érige plus seulement en un besoin, mais en nécessité, afin d’éviter des fractures irréversibles dont les conséquences risquent de se faire ressentir lorsque les tensions seront apaisées.
Sans perspective de solution immédiate et une participation efficiente et productive de l’élite, par manque d’engagement ou d’insuffisance de tribunes d’expression, la crise inédite que connaît le pays a fini par libérer les démons de l’incertitude, la spéculation, la diffamation et la surenchère. De ce fait, l’approximation et l’analyse superficielle ont gagné le système médiatique presque à tous les niveaux. Entre fausses informations, atteinte aux symboles, débats passionnés et parfois tronqués, mauvais choix des intervenants, le citoyen algérien se retrouve livré à lui-même dans une tentative vaine de comprendre les enjeux véritables d’un changement profond devenu indispensable.
Il faut dire que les réseaux sociaux, qui s’imposent désormais comme locomotive de l’influence médiatique, sont le terrain de prédilection de l’information brute non vérifiée. Ils contribuent ainsi et de facto à la propagation de fausses informations et à la promotion du faux débat. Un état d’esprit enclin à l’émotion, peut-être justifiée, au regard du caractère inédit des événements, mais doit-il pour autant nous pousser à nous éloigner des questions qui ne tarderont pas pourtant à peser de tout leur poids dans la période de transition. 
Se focaliser uniquement et de manière spéculative sur de probables luttes claniques au sommet du pouvoir peut avoir sa place dans le débat, mais certainement pas jusqu’à en faire l’unique thème à débattre dans une conjoncture nationale marquée par une crise économique, financière et structurelle, qui plus est, n’a pas encore révélé toutes ses facettes. 
L’heure est peut-être venue d’anticiper et d’aller de l’avant pour jeter les bases d’un débat serein et intelligent sur comment doit s’organiser une transition. Quels seront ses mécanismes et ses chantiers ? Que devrions-nous attendre d’une nouvelle République pour ne pas refaire les erreurs du passé ? Vers quel système politique devons-nous nous orienter ? Quel modèle économique correspond aux spécificités sociopolitiques du pays ? Des questions et bien d’autres qui ne sont, malheureusement, toujours pas débattues ou, du moins, pas suffisamment. N’est-il pas alors judicieux de faire un pas vers l’avenir tout en gardant un autre dans le présent ?

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter