Articles similaires

Nationale

#TITRE

1637

Le journaliste hors la loi continue à travailler sans accréditation

Qui protège le correspondant de l’AFP à Alger ?

27 mars 2019 | 20:16
VincenotAFP Djamel Zerrouk


Sans accréditation et sans titre de séjour ou encore prié de quitter le pays le 28 février dernier, le correspondant de l’agence de presse française (AFP), Aymeric Vincenot est toujours dans son bureau, agit tel un « Caid maffieux » ou un « chikour » selon le langage populaire. Il nargue les autorités, le ministère des affaires étrangères, le ministère de la communication, la DGSN et toutes les institutions de l’Etat parce que, se dit-il, protégé par des décideurs à Paris avec des complicités algériennes.

Le correpondant de l’agence AFP, Aymeric Vincenot, est en situation irrégulière depuis le 28 février dernier suite à l’expiration du délai que lui ont accordé les autorités algériennes pour quitter le pays suite à l’expiration , le 31 decembre 2018, de son accréditation et de son permis de travail. Le "journaliste délinquant" selon les propos de beaucoup de confrères, continue de travailler « au noir », couvrant notamment les récents événement qui se déroulent en Algérie sans se soucier des lois du pays d’accueil.
C’est ce qu’a appris ce mardi Le Jeune Indépendant de source officielle. Selon la même source, le journaliste français a été approché par des policiers au sein de son bureau qui lui ont signifié que son séjour en Algérie était irrégulier et que par conséquent il devait quitter le territoire national dans les plus brefs délais. Les fonctionnaires de la DGSN n’ont pas omis, lors de leur passage au bureau de l’AFP, de remettre une convocation à Vincenot, lui demandant en passage de se présenter avec son passeport.
Niet. Le ressortissant français ne répondra pas à la convocation, non sans continuer à « couvrir » les événements comme si rien n’était. « Il est incompréhensible que M. Vincenot, qui aurait dû quitter le 28 février, puisse se comporter de la sorte, lui qui connaît parfaitement les lois régissant l’accréditation et le séjour d’un journaliste étranger en Algérie. Continuer à faire son travail dans l’illégalité suggère moult interrogations », relève notre source. Et de s’interroger : « Qui protège ce journaliste ? »
« Son accréditation et son titre de séjour ont expiré le 31 décembre 2018 », a indiqué la même source qui a précisé qu’un « délai supplémentaire de deux mois, soit jusqu’au 28 février dernier, lui a été accordé pour quitter le territoire algérien ». On parle de « solides protections » dont bénéficie le journaliste français dont, en premier lieu, celle du ministre français des affaires étrangères Jean Yves leDrian et de quelques personnalités algériennes y compris aux affaires étrangères.
Son chef hiérarchique, Christian Chaise, directeur de l’AFP pour la région MENA dont le siège est à Nicosie, à Chypre a tenté d’intervenir pour lui lors d’un récent passage à Alger. On évoque une « partie » proche des intérêts français qui aurait dissuadé les services compétents de reconduire Vincenot à la frontière. « Mais nous sommes dans pays souverain ! », tonne-t-on dans les milieux médiatiques, comme pour amener les pouvoirs publics à réagir face à « un journaliste qui continue à narguer un Etat ».
« Dans cette affaire, toute l’agence AFP devient complice de cette irrégularité, en diffusant ses dépêches en violation de la législation algérienne, de l’éthique et de la charte qui régissent les agences de presse », souligne la même source, qui ajoute que l’ambassade de France est aussi complice de cette irrégularité.
« Le ministère français des Affaires étrangères et son porte-parole ont été informés de l’expiration de son titre de séjour », a fait savoir de son côté un responsable au sein de la direction de la communication du ministère des Affaires étrangères. 
Cela d’autant que beaucoup de confrères affirment que le fait de laisser ce journaliste travailler dans l’irrégularité accorderait le droit à tous les journalistes algériens de travailler avec des médias étrangers sans accréditations, tout en s’interrogeant sur l’empressement des autorités à faire appliquer la loi aux algériens mais pas à un journaliste étranger réputé, en outre, pour son racisme et son incompétence. 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter