Economie

#TITRE

467

Produits à l’importation : Levée de la suspension dans deux ans

29 janvier 2018 | 00:37
Z. M

Le ministre du Commerce, Mohamed Benmeradi, a annoncé la levée du dispositif de suspension des 851 produits à l’importation dans deux ou trois ans, affirmant son remplacement par un nouveau dispositif d’encadrement du commerce extérieur basé essentiellement sur les tarifs douaniers. Le ministre a également parlé d’un nouveau système de subvention « ciblé » des produits de large consommation, mais sans donner plus de précisions sur les mécanismes à entreprendre.

« Tout au long de cette période, les marchandises concernées par la suspension à l’importation feraient l’objet d’un suivi permanent », a déclaré le ministre sur les ondes de la radio, en justifiant que ce gel momentané des importations est de redresser la balance commerciale, qui demeure déficitaire, et de promouvoir la production nationale. Pour étayer ses propos, il a fait constater que l’ensemble des filières hors hydrocarbures présentent une balance commerciale déficitaire, en citant l’exemple de la filière boissons qui a importé entre 400 et 450 millions de dollars en 2017, contre 12 millions d’exportations. « Les investissement consentis en Algérie depuis des années tournent seulement entre 20% et 25% de leurs capacités du fait que les entreprises, qui interviennent en aval, ne recourent souvent pas aux produits et aux intrants fabriqués localement », a-t-il regretté. Il a précisé par contre que les importations représentent 80% du chiffre d’affaires de l’industrie nationale, tout en soulignant la nécessité de faire des ajustements économiques visant à mieux intégrer l’économie domestique. Dans ce sens, a-t-il préconisé, le taux d’intégration national dans la filière du montage automobile en CKD/SKD doit monter en cadence pour freiner le niveau très élevé d’importation dans cette filière, qui a atteint 1,7 milliard de dollars en 2017 et pourrait augmenter à 2 ou 3 milliards dans les prochaines années.

Mais après la levée de la suspension à l’importation, le gouvernement envisage de recourir à un encadrement du commerce extérieur basé principalement sur l’instrument tarifaire, qui est « une pratique plus transparente que les suspensions qui sont de nature administrative », estime-t-il.

Le nouveau système de subvention ciblé n’est pas encore défini

Concernant les subventions, le ministre a affirmé que l’Etat est en train de subventionner indirectement l’importation, du fait que celles-ci passent par un système bancaire avec un taux de change qui ne reflète pas toujours sa véritable valeur. « La véritable valeur du dinar est probablement plus proche de celle du marché parallèle », a-t-il noté. Toutefois, il estime que le recours au financement des importations par les moyens propres en devises de l’importateur est une solution « dangereuse » puisqu’elle encourage davantage le marché parallèle. En outre, le ministre a réaffirmé qu’une évaluation du système de subvention était en cours au niveau du gouvernement. « Nous sommes en train de travailler pour voir concrètement comment basculer d’un système de subvention généralisé vers un système ciblé qui nous permettra de mettre

fin à cette incohérence qui contribue aux dérèglements observés dans le commerce extérieur » a-t-il indiqué. Il faut rappeler que les institutions internationales ont recommandé à l’Algérie de réviser son système de subvention qui concerne actuellement les dérivés céréaliers (le pain, la semoule, le couscous et les pâtes alimentaires), l’huile, le lait en sachet et le lait stérilisé demi-écrémé, le sucre et le concentré de tomate.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter