Monde

#TITRE

501

Près de 350 syriens massacrés en une semaine

27 juillet 2016 | 19:18
Djamel Zerrouk

Plus de 50 morts et au moins 150 ont été blessées dans un attentat attribué à Daech et ayant visé des bâtiments de la sécurité syrienne aujourd’hui dans la ville syrienne de Qamichli (nord-est), non loin de la frontière turque, selon un nouveau bilan des médias officiels.

Dans un précédent bilan, les médias officiels syriens avaient fait état d’au moins 31 morts et 170 blessés au cours de cette attaque, marquée par deux explosions.

Elle a eu lieu dans un quartier où sont installés de nombreux organismes de l’Etat syrien. Au cours de la dernière semaine, le groupe autoproclamé « Etat islamique (Daech) », selon la terminologie adoptée par la presse occidentale, a massacré près de 400 civils syriens. Hormis la presse syrienne et russe, aucun média occidentale n’a jugé utile de rendre public ces tueries à grande échelle.

Il faut savoir que selon Damas, « la France a tué 164 civils dans un raid en représailles à l’attaque de Nice ». Le représentant permanent de la Syrie auprès des Nations Unies, Bachar Al-Jaafari, parle de « victimes des frappes françaises après l’attentat du 14 Juillet », et a alerté sur les conséquences humanitaires des raids de la coalition. Lors de son intervention au

Conseil de sécurité des Nations unies lundi 25 juillet, le diplomate syrien Bachar Al-Jaafari a annoncé que le raid aérien français mené en Syrie, en représailles à l’attentat de Nice du 14 Juillet avait causé la mort de 164 villageois – soit près de deux fois le nombre de victimes de la Promenade des Anglais.

Le diplomate a regretté le manque de communication entre les autorités syriennes et les forces de la coalition, menée par les Etats-Unis et à laquelle participe la France, qui aurait pu permettre d’éviter ce genre de drame. Selon le responsable syrien, les autorités françaises ont souhaité frapper les positions de « Daech , dans le village de Toukhan al-Koubra au nord du pays, dans le cadre des opérations de la coalition internationale.

Or, a-t-il indiqué, « Daesh a pris en otage les [habitants de ce village] et s’en est servi comme boucliers humains ». Des raids dénoncés par Damas auprès de l’ONU Le 20 juillet, les autorités syriennes avaient annoncé la mort de 120 civils durant ces frappes aériennes françaises, réalisées mardi 19 juillet près de la frontière turque.

A cette occasion, le gouvernement de Syrie avait écrit à l’ONU, l’enjoignant à condamner les frappes aériennes réalisées par la coalition menée par les Etats-Unis, sans l’autorisation de Damas ou sans mandat du Conseil de sécurité des Nations unies. Ces raids, ont affirmé les autorités syriennes, ont plus contribué à endommager l’infrastructure du pays qu’à affaiblir les forces de l’Etat islamique. 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter