Nationale

#TITRE

212

Pour un bac sans faille

10 juin 2017 | 18:47
Z. M.

Tout est fin prêt pour le bon déroulement de l’examen du baccalauréat 2017. Les 761 700 candidats sont attendus ce dimanche à travers les 2518 centres d’examen.

Le coup d’envoi des épreuves, qui vont durer 5 jours (du 11 au 15 juin), sera donné par la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit, à partir des wilayas de Guelma et Souk Ahras. Comme chaque année, les élèves auront le choix entre deux sujets dans chaque matière.

La sécurisation des épreuves et la prévention des fuites et des tricheries figurent parmi les priorités du ministère de l’éducation. 

Si la première responsable de l’éducation, en l’occurrence madame Benghebrit admet que la préservation de la crédibilité de cet examen revient en premier lieu à son ministère, elle n’en considère pas moins que cette responsabilité incombe également à l’ensemble de la société. 

La ministre qui ne veut pas revivre l’expérience de la fuite de sujets constatée durant session 2016, en appelle « tout un chacun » pour que cette nouvelle session répondre à toutes les normes, en matière de sécurité, de pédagogie et d’organisation, afin, dit-elle, d’en préserver la crédibilité et l’égalité des chances parmi les élèves.

La ministre avait lancé un appel aux parents d’élèves mercredi dernier lors de son passage à l’émission « L’invité de la rédaction » de la radio chaine 3, dans lequel elle les avait exhorté de mettre leurs enfants en garde contre toute tentative de tricherie durant l’examen, « qui peut se solder par une exclusion de cinq années avant de pouvoir le repasser », avait-elle averti.

Beenghebrit a assuré par ailleurs que l’usage de l’outil numérique permet à tous les candidats qui seront à l’intérieur des établissements d’être au courant des sujets en même temps. 

Pour une meilleure sécurisation du déroulement des examens de fin de cycle 2016/2017, des trois paliers (primaire BEM et Bac) il convient de rappeler que la Gendarmerie nationale a élaboré un plan de sécurité spécial mobilisant les moyens humains et matériels. Parmi ces principales mesures, l’on peut citer la sécurisation des centres d’impression des sujets des épreuves.

Dans le même cadre, le Direction générale de la sureté nationale (DGSN) a mis en place un dispositif sécuritaire qui consiste à mobiliser les services de la police pour sécuriser les centres d’examen pour les trois paliers (primaire, moyen et secondaire) dans les régions urbaines à travers l’ensemble du territoire national, et comporte des mesures sécuritaires pragmatiques visant à garantir la fluidité routière et faciliter le trafic au niveau des grands axes menant vers les centres d’examen, outre les équipes de sécurité spécialisées chargées de l’escorte et la sécurisation des sujets et les copies vers les centres de correction. 

De son côté, la Protection civile est mobilisée pour la circonstance avec ses services techniques de prévention qui ont effectué des visites au niveau de l’ensemble des établissements scolaires désignés pour accueillir les examens afin de veiller à la conformité des normes de sécurité et garantir la protection des utilisateurs.

Il faut rappeler que l’examen du baccalauréat de 2016 a été marqué par l’organisation d’une deuxième session suite à la fuite des sujets notamment dans la filière des sciences expérimentales nécessitant une réorganisation partielle des examens. Le taux de réussite en 2016 était de 49,79 % pour les candidats scolarisés et de 33,7 pour les candidats libres.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter