Sports

#TITRE

291

Portugal-France / Les Portugais veulent forcer leur destin face à leur bête noire

9 juillet 2016 | 18:32
Agence et RS

France-Portugal, telle est l’affiche inattendue de cette finale de l’EURO 2016 en France. Les regards seront donc tournés ce soir vers le Stade de France, où les Lusitaniens vont défier leurs bêtes noires, les Bleus du pays organisateur, la France de Didier Deschamps et sa nouvelle pépite Antoine Griezmann. 

Si l’on se fie au passé entre les deux équipes, la balance penche en effet plutôt en faveur des Français. Trois rencontres officielles, trois demi-finales, trois victoires.

Dimanche, l’équipe de France retrouvera une vieille connaissance, le Portugal, en finale de l’Euro 2016 au Stade de France 20h00.Par trois fois, à l’Euro 1984, à l’Euro 2000 et au Mondial 2006, les Bleus ont en effet brisé les rêves des Lusitaniens. Séance de rattrapage pour les plus jeunes et les nostalgiques.

En 1984, à l’issue d’une demi-finale épique jouée à Marseille, Michel Platini crucifiait le Portugal (3-2) à la 119e minute et envoyait les Bleus en finale d’un Euro dont ils sortiront vainqueurs.

Seize ans plus tard, Zinedine Zidane, l’autre numéro 10 de légende, mettait fin à l’aventure des Lusitaniens. « Zizou » qualifiait la France sur un « penalty en or » (à l’époque, la première équipe qui marquait en prolongation remportait le match) après une main du peroxydé Abel Xavier (1-2).

Le tout une nouvelle fois à la 119e ! En 2006, l’histoire se répétait à Munich. Mais lors d’une Coupe du monde, cette fois-ci. Sur penalty, Zidane éliminait le Portugal de Luis Figo en demi-finales. Le jeune Cristiano Ronaldo, qui n’avait pas encore gagné le Ballon d’Or, assistait impuissant à la défaite de la Selecçao. Celle de trop pour une nation « traumatisée » à l’idée de défier la France.

CR7 rêve de faire mentir les stats

Dix-huit ans après leur sacre mondial, les Bleus se présentent donc avec les statistiques en leur faveur. Mais on le sait, la vérité d’un match n’est pas celle du suivant. De part et d’autre, les équipes ont bien changé. Notamment ces dix dernières années. Pour preuve, le seul « survivant » du Mondial 2006 se nomme Ronaldo, à l’époque âgé de 21 ans. Aujourd’hui, il en a 31 et a changé de dimension, avec trois Ballons d’Or et autant de Ligue des champions à son actif.

« J’espère que dimanche, vous me verrez pleurer de joie », a-t-il glissé mercredi après la demi-finale face au Pays de Galles (2-0).Douze ans après la finale de l’Euro 2004 perdue à Lisbonne, là où la Grèce avait réussi l’un des plus gros exploits du football moderne, le Portugal rêve d’une toute autre fin, plus joyeuse.

Les larmes de CR7 avaient ému toute une nation. Cette fois-ci, pour sa deuxième finale de l’Euro, c’est avec le brassard de capitaine autour du bras qu’il aura pour mission de décrocher l’un de seuls trophées qui lui manque. Espérons pour les millions de téléspectateurs que le spectacle soit au rendez vous et que le meilleur gagne et succède dignement à la Roja double tenant du titre.

La partie sera dirigé par l’arbitre Anglais Mark Clattenburg , considéré comme le meilleur arbitre européen cette saison. Cet ancien électricien de 41 ans, avait dirigé la finale de la Ligue des Champions remportée par le Real Madrid aux dépens de l’Atletico Madrid en mai. C’est l’une des références des sifflets internationaux. Peut-être même le meilleur du moment. Il sera accompagné de deux assistants anglais, Simon Beck et Jake Collin.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter