Nationale

#TITRE

299

Pollution en Méditerranée : Consensus maghrébin pour endiguer le mal

28 novembre 2018 | 02:54
Lilia Aït Akli

La 5e réunion portant mise en œuvre du Plan d’urgence sous-régional entre l’Algérie, le Maroc et la Tunisie pour la préparation à la lutte et la lutte contre la pollution marine accidentelle dans la zone de la Méditerranée du Sud-Ouest, a été ouverte ce merdi à Alger par la ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Fatma-Zohra Zerouati.
Cette réunion périodique permettra de mettre à jour les moyens engagés pour faire face à ces catastrophes qui menacent la grande variété d’écosystèmes et de paysages sous-marins que comprend la mer Méditerranée. Il est question aussi de présenter le bilan de 2017 et 2018, mais aussi de présenter le plan d’activité pour 2019 dans le but de coordonner l’intervention des trois pays pour faire face à ces accidents maritimes.
La ministre de l’Environnement, dans son discours d’ouverture, a relevé le risque qui menace quotidiennement la Méditerranée, qui dit-elle, enregistre le passage de plus de 10 000 navires pétroliers par an, soit 30% du trafic maritime mondial qui transite par la Méditerranée, dont 1/3 passe par le littoral algérien. « Une situation qui nous expose aux dangers de pollution de l’eau de mer par le déversement des hydrocarbures et d’autres liquides nocifs », a-t-elle précisé. Elle a en outre mis en relief les efforts et les moyens déployés par l’Algérie pour y faire face : il s’agit notamment du dispositif de lutte contre la pollution marine accidentelle dénommé Tel Bahr. Ce dernier a principalement pour but de développer un système rigoureux de prévention, de détection, de surveillance, de contrôle et de lutte contre les pollutions massives accidentelles de la mer.
Il tient essentiellement à mobiliser en cas de situations critiques les moyens humains et matériels requis pour les opérations de lutte anti-pollution. Tel Bahr repose ainsi sur l’institution de plans d’urgence, à savoir le plan d’urgence national, les plans d’urgence régionaux, les plans d’urgence de wilaya.
Cependant, et pour endiguer un événement maritime majeur susceptible d’affecter une autre partie, il a été mis en place des dispositifs adéquats couronnés par l’adoption, en juin 2005, de l’accord sous-régional entre l’Algérie, le Maroc et la Tunisie pour la préparation à la lutte et la lutte contre la pollution marine accidentelle dans la zone du sud-ouest de la Méditerranée, dont la 5e réunion prendra fin aujourd’hui.
Ce mécanisme intermaghrébin constitue, en effet, un instrument opérationnel important pour la consolidation de la coopération pour la préparation et la lutte coordonnée en cas de pollution majeure due aux hydrocarbures qui menace constamment nos côtes. Mme Zerouati a par ailleurs souligné l’importance de cette réunion qui s’inscrit dans le cadre de la coopération régionale, afin de lutter ensemble contre la pollution maritime. Hadj Aissa Raouf, sous-directeur au ministère de l’Environnement, a pour sa part mis en exergue le renforcement des capacités de l’Algérie en la matière, qui se fait notamment par des cycles de formation à l’étranger ainsi que par de multiples exercices de simulation.
A ce sujet, il dit que pour les années 2017 et 2018, l’Algérie a effectué un exercice national et 32 locaux dans les wilayas, expliquant également comment un accident qui a causé un déversement d’hydrocarbures en mer est pris en charge techniquement. 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter