Articles similaires

Nationale

#TITRE

368

Plusieurs mouvements de protestation à Béjaï

16 septembre 2018 | 21:12
Bejaïa N. Bensalem

La wilaya de Béjaïa a été marquée ce dimanche par de nombreux mouvements de protestation ayant touché nombre de domaines. C’est le cas dans le secteur de l’éducation qui est marqué par la colère des parents d’élèves dans plusieurs localités. Les parents d’élèves de l’école primaire Soummari du chef-lieu de Béjaïa sont montés au créneau pour protester contre la détérioration de l’établissement qui dure depuis plusieurs années.

Ils ont tout simplement décidé de maintenir leur action de protestation de la semaine passée en retenant encore leurs enfants à la maison afin d’exiger la reprise immédiate des travaux d’aménagement de l’établissement qui traînent depuis 2014. Nous avons appris qu’une entreprise a été engagée et le marché devait être adopté par l’APC avant début des travaux. L’aménagement de cette école coûtera 36 millions de dinars. Les parents d’élèves de l’école primaire d’Amalou ont exprimé également hier leur colère.

Ils ont, eux aussi, retenu leurs enfants à la maison, une manière de faire pression sur la direction de l’éducation afin de « révoquer » le directeur qui est entré, selon eux, en conflit avec tout le monde : avec eux en tant que parents d’élèves et avec les enseignants et l’APC. Des habitants de plusieurs villages de la commune de Béjaïa, dont ceux de Tala Ouriane et d’Amtik N’Tafat ont coupé la RN 24 pour exiger une nouvelle fois la délocalisation de la décharge de Boulimate, qui représente un danger pour la santé des habitants à cause des émanations de gaz toxiques et des fumées. Les protestataires réclament aussi le revêtement d’un chemin.

A l’est de la wilaya ce sont les habitants des villages Tarement et Aliouene, dans la municipalité d’Aokas, qui ont procédé ce dimanche à la fermeture de plusieurs édifices publics dont les sièges de l’APC, de la daïra, de la Sonelgaz et l’Algérienne des eaux. Le secteur public de la localité a été totalement paralysé. Les mécontents dénoncent les engagements non tenus des autorités locales, à savoir la prise en charge d’un certain nombre de projets dont le revêtement des routes, le raccordement au gaz de ville et au réseau d’assainissement, l’alimentation en électricité, l’eau potable, le transport scolaire, entre autres.

Pour eux, « les villages en question sont oubliés, voire marginalisés. Preuve en est qu’aucun projet de développement n’y est inscrit depuis des années ». Dans la municipalité de Boukhélifa (daïra de Tichy), les habitants du douar Biou ont fermé eux aussi l’APC. Ils dénoncent les promesses non tenues des autorités locales de prise en charge d’un bon nombre de revendications liées au développement des villages dans le cadre du FCCL et des PCD. Ils interpellent le wali et le chef de daïra afin d’intercéder en faveur de leurs villages et de répartir les budgets alloués à la commune de manière équitable et par ordre de priorité.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter