Monde

#TITRE

356

Plus de 600 tués et blessés dans des raids saoudiens

9 octobre 2016 | 19:03
D. Z.

Dans l’après-midi de ce samedi, les avions de la coalition ont mené un double raid contre une salle à Sanaa où des centaines de personnes présentaient leurs condoléances pour la mort du père du « ministre de l’Intérieur », Jalal al-Rouichène, a indiqué Sabanews.net le site d’information du mouvement Ansarullah.

Selon un bilan encore provisoire, il a tué et blessé plus de 700 personne, indique la chaine panarabe al-Mayadeen, et 450 personnes selon l’AFP.

Quant à l’agence yéménite Khabar, elle a évoqué un bilan de 90 martyrs et de 566 blessés. A 22:30 (heure de Beyrouth), le bilan des tués à atteint les 250, selon al-Mayadeen. « Il faut à tout prix prendre une position ferme et exprimer une condamnation véhémente contre ce massacre affreux », a également réclamé le numéro un du Hezbollah.

1000 personnes dans la salle

Selon la chaîne de télévision du mouvement Ansraullah, Al-Masirah, le maire de Sanaa, Abdel Qader Hilal, figure parmi les personnes tuées.Le général Mohammad Nasser al-Amiri qui est membre de la Conférence Nationale et ancien préfet est également décédé, des suites de ses blessures, signale la chaine de télévision pan arabe, al-Mayadeen.

Un porte-parole du ministère de la santé, Tamim al-Chami, a indiqué qu’il y avait plus de 1.000 personnes lors des raids contre la salle, précisant que son toit du bâtiment est très fragile. La salle touchée par les raids est située près d’une grande place publique, celle des Sabiine, dans le sud de la capitale. Un énorme incendie s’est déclaré dans le bâtiment, qui s’est effondré, a indiqué une source de sécurité citée par le site.

« Un avion a tiré un missile contre la salle, et quelques minutes après, un deuxième appareil a bombardé le site », a indiqué un témoin, qui s’est identifié par son prénom, Moujahid, rapporte l’AFP. « C’est un crime ignoble perpétré contre un lieu de deuil », a dénoncé un deuxième témoin, qui a requis l’anonymat.

Les ambulanciers visés

Des équipes de secours retiraient des corps calcinés et tentaient de retirer d’autres coincés sous les décombres, a rapporté un photographe de l’AFP sur place. Il a indiqué avoir compté une vingtaine de cadavres, totalement calcinés, ou en lambeaux.

Certaines personnes, amputées de leurs membres inférieurs par l’effondrement du bâtiment, étaient secourues par des volontaires, a-t-il ajouté. Des ambulances évacuaient les victimes et les hôpitaux ont lancé un appel pour des dons de sang, selon des habitants.

Un double raid a également visé ces véhicules, a révélé le correspondant d’al-Manar au Yémen. Selon l’AFP, les rebelles Houthis n’ont pas précisé le sort du général Jalal al-Rouichène, qui avait été nommé ministre de l’Intérieur par le président contesté Hadi, est resté en poste après que les Houthis ont conquis Sanaa en septembre 2014.

L’ONU est complice

Le porte-parole d’Ansarullah Mohammad Abdel Salam a pour sa part accusé les Nations Unies et la communauté internationale d’être complices du carnage. 

« Depuis que l’ONU et la Communauté internationale soutiennent les massacreurs à l’aide de l’arme du silence, les crimes d’extermination se succèdent, à l’instar des crimes sionistes et des autres projets de sang », a-t-il assuré dans un Tweet.

Estimant que « le sang ne fait qu’attirer le sang » il a dit s’attendre a des ripostes de la part d’Ansarullah et de la Conférence. Avant de conclure que « les Saoudiens n’échapperont jamais a la justice du Ciel, s’ils parviennent à échapper à celle de Terre ». 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter