Nationale

#TITRE

484

Emprunt obligataire : plus de 250 milliards de dinars levés

25 juin 2016 | 19:26
Z. M.


Lancé le 17 avril dernier, le montant de l’emprunt obligataire avoisinerait 251 milliards de dinars. La majorité des souscriptions a été enregistrée au niveau des agences bancaires et des compagnies d’assurances, alors que les trésoreries de wilaya ont collecté une part infime, de l’ordre de 1 %.


Ce niveau de fonds collectés constitue un « bon départ » et « dans le cas d’un maintien du même rythme durant les prochains mois, le bilan final devrait être appréciable ». C’est ce qu’a fait savoir une source à l’Agence Presse service en réponse à une question sur la cadence des souscriptions.


L’emprunt obligataire, baptisé « Emprunt national pour la croissance économique », a été lancé en avril dernier pour une durée de souscription de 6 mois entre avril et octobre 2016.


Les obligations sont assorties de deux taux d’intérêts fixés en fonction du délai de remboursement : les obligations de 3 ans un taux de 5 % et celles de 5 ans à 5,75 %. Au lancement de cette opération, un seul type d’obligations avait été émis, d’une valeur de 50 000 DA chacune.


Mais au début mai, deux autres catégories d’obligations ont été introduites : celles de 10 000 DA destinées notamment aux particuliers et celles d’un million de DA pour les gros épargnants.


La souscription, qui est ouverte aux particuliers, aux entreprises, aux établissements financiers comme aux différents organismes publics (caisses de retraite, de sécurité sociale...) se fait à travers les guichets de banques commerciales et de la Banque d’Algérie, les bureaux de postes, les compagnies d’assurances et des trésoreries publiques.


Près de 7 000 sites et centres de souscription ont été mobilisés à travers le territoire national pour accueillir les souscripteurs. La souscription à cet emprunt est proposée sous deux formes : titre nominatif ou titre au porteur (anonyme), alors que le mode de paiement se fait par chèque, par cash ou par virement.
Quant au mode de transmission des titres, ces derniers sont librement négociables et pourront être achetés et/ou cédés à des personnes physiques ou morales par voie de transaction directe ou par endossement par le biais d’intermédiaires légalement habilités.


Le remboursement par anticipation des titres souscrits est possible, mais un souscripteur ne peut demander ce remboursement qu’après écoulement de la moitié de la durée globale du titre et après avis du directeur général du Trésor.


Ce dispositif permettra de mobiliser les ressources disponibles et endormies dans les tiroirs pour le financement des projets d’investissements et économiques de l’État, avait-on déclaré au ministère des Finances.


L’ex-ministre des Finances, Abderrahmane Benkhalfa, avait assuré que l’objectif de cet emprunt était de diversifier les ressources de financements des projets économiques des investissements publics et qu’il ne s’agissait nullement de financer les dépenses de l’État.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter