Monde

#TITRE

342

Péninsule coréenne : Séoul est-il prêt à une éventuelle attaque américaine ?

23 décembre 2017 | 20:39
R. I.


La Corée du Sud ne saura pas résister à de possibles contre-attaques de Pyongyang au cas où les États-Unis lanceraient une frappe préventive contre les installations nucléaires nord-coréennes, ont déclaré des experts à Sputnik.


L’armée américaine élabore des plans de frappes chirurgicales des installations nucléaires nord-coréennes qui « leur permettrait de refaire leurs portraits aux Nord-Coréens », selon de hauts responsables américains cités mercredi par le journal The Telegraph.


Parallèlement, lors de manœuvres militaires conjointes organisées la semaine dernière, les forces américaines et sud-coréennes auraient travaillé un scénario d’’infiltration de la Corée du Nord pour y neutraliser les armes nucléaires. Mais est-ce que Séoul se prépare activement à cet éventuel conflit ?


LA CORÉE DU SUD RESTE PASSIVE


Depuis le début de l’année 2017, la Corée du Nord fait régulièrement la démonstration des progrès qu’elle réalise dans le domaine du nucléaire militaire.


Le 29 novembre, elle a effectué le tir d’un missile balistique intercontinental (ICBM). Elle affirme désormais être en mesure de frapper n’importe quelle cible dans le monde. Préoccupés de la situation, le Conseil de Sécurité adopte les uns après les autres des trains de sanctions de plus en plus contraignantes.


Le 22 décembre, l’ONU a encore durci les sanctions contre Pyongyang. Cette dernière résolution en date prévoit de réduire les livraisons de pétrole brut et raffiné de presque 90%.


Soumises au contrôle de l’Onu, elles ne devront pas excéder les 4 millions de barils par an en plus du plafonnement du nombre travailleurs nord coréens expatriés. Soufflant le chaud et le froid, l’administration Trump laisse la porte ouverte aux négociations mais semble considérer de plus en plus sérieusement la possibilité de porter une frappe préventive contre la Corée du Nord.


Dans ce contexte, la Corée du Sud n’est pas bien préparée pour faire face aux conséquences d’éventuelles représailles que son voisin du Nord exercerait en réponse aux attaques militaires américaines, pensent des experts sud-coréens.


« Séoul, par exemple, compte environ 10 millions d’habitants, nous sommes juste en dessous de la zone où la Corée du Nord porterait son attaque. Nous devrons nous attendre à des représailles presque immédiates de la part de la Corée du Nord.


Je ne pense pas que les forces américaines ou sud-coréennes soient en mesure d’abattre tous les missiles tirés [de Corée du], il y aura des dizaines de missiles qui voleront en même temps, je ne pense pas que quiconque puisse les abattre tous en même temps », a déclaré à Spoutnik Suh Kune-yull, professeur de génie nucléaire à l’Université nationale de Séoul. Les pays voisins, dont la Chine, prendraient des mesures pour se préparer aux conséquences d’un éventuel conflit militaire sur la péninsule coréenne, alors que le gouvernement sud-coréen reste passif.


« Rien ne se passe réellement en Corée du Sud, ce qui est vraiment surprenant : les Japonais se préparent, les Etats-Unis se préparent, même à Hawaï ou à Guam, et même la Chine et la Russie se préparent à un éventuel désastre.


La Corée du Sud est la seule à ne rien faire. En fait, je ne pense pas que le gouvernement [sud-coréen] fasse quoi que ce soit dans ce but ». « Nous sommes abandonnés à nous-mêmes, on ne nous propose aucun exercice d’entraînement », a déclaré Suh.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter