Culture

#TITRE

328

Patrimoine du Jardin d’Essai : Des statues restaurées

10 décembre 2017 | 21:33
R. C

Après des travaux de restauration, les statues de l’espace anglais au Jardin d’Essai d’El Hamma à Alger ont retrouvé leur lustre d’antan.

Les travaux de restauration de ces statues, œuvres du sculpteur français Emile Jean Joseph Gaudissard, représentant les traditions et us de différentes régions algériennes seront axés sur le nettoyage de toutes traces de maquillage, d’écritures (symboles et dates) gribouillées par les visiteurs sur la statue

La danseuse d’Ouled Naïl, la remise en état de la flute cassée du musicien amazigh et du sourire à la Saharienne qui peut de nouveau tendre le bras pour nouer son foulard.

Ces travaux, décidés suite à la dégradation des statues en raison d’actes incivils de certains visiteurs, ont même touché les statues en bronze des deux dames de la tribu d’Ouled Naïl. Ces œuvres se dressent de nouveau main dans la main, comme si elles voulaient se protéger contre tout malfaisant désirant de nouveau les ternir.

Les statues du jardin ont ainsi retrouvé leur lustre d’antan grâce à l’artiste sculpteur Ali Boukhalfa, qui a passé plusieurs semaines à les réhabiliter. Cet artiste a affirmé que l’état des statues datant des années 1920 était catastrophique, le risque est de les voir « disparaitre complètement », rapporte l’Agence presse service d’Algérie.

De son côté, la chargée de la communication au niveau du Jardin d’El Hamma, Sanaa Djebali a précisé que son administration a opté pour la préservation des statues par leur restauration par un artiste sculpteur expérimenté, déplorant l’incivisme et l’inconscience de certains visiteurs quant à la valeur de ces œuvres d’art, qui contribuent à l’ancrage des traditions et us de l’Algérie.

Aussi, l’administration du Jardin d’Essai s’est attelée, depuis le début septembre dernier, au recensement de son patrimoine naturel pour sa réintroduction sur la liste des jardins internationaux de renommée mondiale.

D’après le Directeur général de ce jardin, Boulahia Abdelkrim, ingénieur d’Etat en agriculture et membre du Conseil scientifique, cet espace historique de 32 hectares n’est plus sur les listes de renommée mondiale, « il est retiré de la liste après l’indépendance, alors que le jardin est considéré comme l’un des plus beau au monde ». La réalisation de ce projet comprend l’élaboration d’une carte végétale pour déterminer le lieu, la nature et l’état de chaque plante.

Le Conseil scientifique du Jardin d’Essai est composé du Directeur général du jardin, de représentants des ministères de l’Agriculture et de l’environnement, de l’USTHB, de l’Ecole nationale supérieure agronomique d’El Harrach, de l’Institut national de la recherche forestière de Bainem, de l’Institut national de protection des végétaux (INPV) et de trois chercheurs spécialisés. Il doit veiller à actualiser les données non révisées depuis 1993, date du dernier recensement qui n’est pas présenté aux instances concernées.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter