Nationale

#TITRE

221

"BlueWhale" et autres dangers sur le Net

Parents, menace sur vos enfants !

12 décembre 2017 | 13:44
Sofiane Abi

Le travail préventif est au cœur de l’action des policiers dans le cadre de leur lutte contre la cybercriminalité en Algérie. Un nouveau fléau qui risque d’engendrer d’importants dégâts à ceux qui utilisent autrement Internet. Les cas se comptent par milliers, selon la DGSN. Parmi les menaces, l’apparition du dangereux jeu « Blue whale » qui a poussé le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, à ouvrir une enquête suite à des informations faisant état de suicides à cause ce jeu moribond.

Entre les années 2015 et 2017, le service central de lutte contre les crimes électroniques (cybercriminalité) relevant de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a recensé 3 126 affaires liées au crime électronique, soit 567 affaires en 2015, 1055 en 2016 et enfin 1500 crimes électroniques durant l’année en cours. Ces chiffres effrayants, dont la courbe ne cesse de grimper chaque année, ont été dévoilés avant-hier par le chef du service central de lutte contre le crime électronique, en l’occurrence le commissaire principal Saïd Bachir, lors de son intervention en marge du Forum de la DGSN tenu à l’Ecole supérieure de police à Alger. Présidant également le groupe des experts d’Interpol de lutte contre la cybercriminalité, M. Bachir a appelé les parents à surveiller leurs enfants lorsque ces derniers utilisent l’Internet, car les dangers des nouvelles technologies d’information et de communication sont nombreaux. Plusieurs cas dont furent victimes des enfants confirment l’existence de ces dangers qui peuvent parfois être mortels, comme c’est le cas du tristement célèbre jeu « Baleine bleue » qui a provoqué une grosse polémique dans le pays. Ce genre de jeux électroniques sur Internet est régulièrement pratiqué par des milliers d’Algériens, enfants comme adultes, à partir de leurs Smartphone, tablette et PC, provoquant parfois un véritable choc chez les utilisateurs. C’est pour cette raison que la DGSN avait multiplié ses sorties dans les écoles, ses contacts avec les écoliers et la société civile à travers l’organisation de plusieurs campagnes de sensibilisation, mais également et surtout à travers l’action opérationnelle basée sur les renseignements visant à éradiquer le crime électronique. C’est dans ce contexte que plusieurs milliers d’internautes, impliqués dans le crime électronique, ont été interpellés et présentés à la justice. Ce nombre inquiétant de crimes électroniques témoigne de la montée de la cybercriminalité en Algérie, pis encore, le danger sera beaucoup plus intense dans les années à venir, surtout face à l’absence flagrante des parents qui laissent leurs enfants utilisér l’Internet sans aucun contrôle.
« Ces jeux incluent des contenus outrageants et ils sont fabriqués à partir de traditions et d’habitudes qui sont totalement étrangères aux nôtres. Et cela provoque un déséquilibre mental chez nos enfants », a expliqué le commissaire principal. Il ajoute : « La Sûreté nationale et à sa tête le DGSN accorde un grand intérêt à cette forme de menace en créant une brigade spéciale pour lutter contre la cybercriminalité. Comme nous menons plusieurs campagnes de sensibilisation sur les dangers de la mauvaise utilisation de l’Internet au profit de la société civile et beaucoup plus les enfants ».

L’implication de la société civile

Abordant crûment le sujet, le commissaire principal de la DGSN a déclaré, en présence de médias nationaux et étrangers, que la DGSN surveille et contrôle tout ce qui est anormal sur Internet, notamment sur les réseaux sociaux et les sites de ventes électroniques, en décryptant certains sites dangereux. « Nous sommes présents sur les réseaux sociaux, Facebook comme Twitter et à travers le site de la DGSN. Parfois, nous donnons des conseils aux enfants et à leurs parents sur les publications des livres qui leur sont destinés », a déclaré le représentant de la DGSN. Parlant du rôle de la société civile contre le mauvais usage de l’Internet et de son implication dans la lutte contre le crime électronique, M. Bachir paraît satisfait sur ce plan en disant qu’il existe une forte coopération avec la police pour traquer les criminels de la Toile. « Il y a une culture de dénonciation chez les citoyens contre, par exemple, des publications suspectes sur les pages Web, comme il y a de plus en plus de citoyens qui recourent à la DGSN pour déposer plainte pour menace de mort ou pour escroquerie à partir des réseaux sociaux et autres sites de ventes électroniques. Nous encourageons ce genre de participation des citoyens afin de lutter contre la cybercriminalité », indique-t-il. Enfin, le chef du service central de lutte contre le crime électronique a réitéré son appel aux parents afin qu’ils multiplient leurs efforts, à travers une surveillance plus vigoureuse de leurs enfants lorsque ces derniers sont connectés avec leurs appareils électroniques et qu’ils ne doivent jamais les laisser seuls pendant plusieurs heures quand ils sont connecté. L’isolement de l’enfant, seul avec son appareil à la main, le plonge dans un monde numérique, parfois très dangereux pour son équilibre moral. Un tel isolement va changer sa manière de penser et son comportement. La prévention et la surveillance demeurent donc de mise pour les parents afin d’éviter le pire, car ce pire peut être mortel.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter