Opinions

#TITRE

4828

« Panama papers » et alignement trompeur

11 avril 2016 | 13:44
Safi Benaissa cadre dirigeant en retraite.

Fallacieux prétexte et pression au nom de la liberté d’expression pour ternir l’image du président de la république algérienne. Photo à la « une » du Président de la République avec au-dessus en titre « l’argent caché des chefs d’états », est interprété, par la majorité de la presse française, et, par le soutien d’une partie de la presse algérienne, « comme un traitement du scandale Panama Papers notamment les informations visant l’Algérie, au nom de la liberté de presse pour se disculper ».
L’évidente mise en cause, ou l’implication, du chef de l’Etat par « Le monde » à travers les mots exprimés : « l’argent caché des chefs d’états » avec sa « photo » à la une - comme un délinquant !- Ne serait qu’un traitement des panamas papers et qui relèverait de la « liberté de la presse ». Mais de quelle liberté cette presse jouirait-elle et qui l’autoriserait à outrager un Président de la République étranger et à travers lui le peuple qu’il représente ? Pour nous, cette presse exprime une insolence sous le « thème trompeur » de la liberté de la presse, à l’égard d’un pays souverain dont elle n’a pas encore digéré l’indépendance. Nous nous gardons de les confondre avec la majorité du peuple français qui est respectueux de la liberté et de la culture de l’autre.
La solidarité d’une bonne partie de cette presse avec « le monde » sans dissonance atteste de son lobby dans la politique française vis-à-vis de l’Algérie – de tous les partis politique français-. L’ignorer ou feindre de l’ignorer c’est tromper l’opinion public. Le soutien d’une partie de notre presse, participe à cette duperie. Interpréter la réaction des autorités algériennes comme un dérapage
« incontrôlé », « trop brutal », « disproportionné » par un rapport a un « délit », si délit il y’a !- un doute !- est un alignement sans faille avec la presse française. Mieux, oser « toucher » un organe de presse considéré comme une « institution », très respectée dans le monde ! De plus s’attaquer à la liberté d’expression sacrée aux français- amalgamé à l’attentat contre « Charlie hebdo »- comme pour enfoncer le clou, c’est se mettre à dos les français. Cette prise de position d’une partie de notre presse signifie sa sujétion à sa consœur française. Ne pas s’indigner devant l’offense faite à une institution de sa république, même si on est dans l’opposition, c’est faire allégeance à l’offenseur qui use de mystification. Mais cette presse ne s’embarrasse guère de ces considérations ; cette offensive médiatique lui donne l’opportunité de spéculer sur les causes non apparentes de ce clash pour déborder sur le futur du pouvoir en Algérie et les supputations sur les relations algéro-françaises où se tissent les alliances conjoncturelles et se détricotent les soutiens de circonstance : une prospective de l’avenir politique fait de conjonctures. Cependant, dans notre actualité réelle, les relations algéro-françaises se construisent et se renforcent à un rythme régulier dans le respect des dispositions réglementaires et d’une adaptation ou une réadaptation des dispositifs mis ou à mettre en place pour leur complémentarité, et ce n’est pas l’état d’âme des média qui vas les en dévier.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter