Nationale

#TITRE

249

Ouyahia : « La peine capitale pour les kidnappeurs d’enfants »

16 avril 2017 | 20:12
Amine B.

Si, après six jours de campagne il y a eu beaucoup plus de curieux aux meetings et autres rassemblement tenus par les chefs de parti et candidats à la législature dans la capitale de l’Est, avant-hier au rassemblement du RND, les militants avaient eu la part belle quand bien même la majorité fut mobilisée et surtout dépêchée des douze communes.

La salle du palais de la Culture Malek-Haddad s’est avérée trop exiguë pour contenir la foule, près de huit cents personnes. Le secrétaire général du parti, après avoir présenté ses candidats pour le scrutin du 4 mai, histoire de mettre en exergue leur âge, aptitudes professionnelles et autres diplômes pour dira-t-il, couper court aux bruits qui courent autour des critères de sélection des heureux sélectionnés. 

Avant de faire un petit rappel de l’histoire millénaire de la citadelle cirtéenne en passant par la résistance du bey Ahmed et celle des valeureux chouhadas de la guerre de libération, veillant à citer au passage les enfants de la ville ainsi que Didouche Mourad et Rabeh Bitat.

Entrant dans le vif du sujet, Ouyahia ne manquera pas de qualifier son parti d’un des rares à posséder un programme, invitant au passage les présents à le consulter via le site web du parti ou les les réseaux sociaux.

Dans « son » programme, Ouyahia place les acquis sociaux au-delà d’une ligne rouge à ne pas dépasser. Il citera dans ce sens la gratuité de l’enseignement et du système sanitaire, lequel doit être revu selon lui, pour permettre au citoyen démuni d’avoir les mêmes avantages que ceux du « piston »Autre point, le soutien aux produits de première nécessité et au carburant, quand bien même remis en cause par les instances internationales, resteront des acquis intouchable.

Entre autres sujets évoqués par l’hôte de la ville des Ponts, celui relatif à l’insécurité qui gangrène la société. Ouyahia prônera la peine capitale contre les auteurs d’enlèvement d’enfant et des barons de la drogue, seul châtiment, dira-t-il, pour punir « ces criminels ».

Bref, à Constantine, Ahmed Ouyahia est venu en conquérant. Assuré de se maintenir au pire comme deuxième force politique dans la capitale de l’Est. Le parti avait survécu au début de l’année à une crise interne qui avait abouti à l’éviction de l’ex-secrétaire de wilaya.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter