Nationale

#TITRE

458

Ould Abbès sur la corde raide

8 mai 2017 | 21:47
Hocine Adryen

Djamel Ould Abbès est sur la corde raide. A l’origine, sa mauvaise gestion et sa nature conflictuelle qui ont fini par plomber ses relations avec les membres de son BP.

Dans un communiqué ayant sanctionné la réunion de son bureau politique, présidée hier par le SG Djamel Ould Abbès, le FLN a fait l’impasse sur les résultats des législatives, qui ont vu ce parti perdre plus d’une cinquantaine de sièges par rapport à 2012.
Le SG du FLN, qui a présidé cette réunion, a éludé la question du score électoral en demi-teinte de son parti.

Pour autant, le FLN s’est dit « grandement satisfait du climat de sécurité et de sérénité » ayant marqué les législatives du 4 mai et a même a adressé ses remerciements à la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE) qui a « scrupuleusement veillé à la régularité et à la transparence de l’opération, et ce de l’aveu des observateurs internationaux », selon le communiqué.

Ce faisant, le FLN semble accepter sans broncher les résultats de cette élection mais estime que cette victoire « est celle de l’Algérie », pour sa stabilité, son développement et sa prospérité.

De même qu’il ne cherche pas à imposer un candidat à la chefferie du gouvernement. Selon le communiqué, le FLN « aspire à s’acquitter de son rôle pionnier à travers une participation active et positive aux côtés du président de la République », affirmant à cet égard, « sa détermination renouvelée et sa pleine disposition pour la mise en œuvre du programme ambitieux du président Bouteflika », conclut le communiqué.

Le recul du parti est la conséquence directe d’une mauvaise campagne électorale de son leader, Djamel Ould Abbès, lequel a pourtant sillonné tout le territoire national et animé plus d’une cinquantaine de meetings électoraux.

Il ne cessait de répéter que même sans campagne électorale, le FLN gagnerait les élections car les Algériens votent presque intuitivement pour l’ex-parti unique : « Je peux vous assurer que notre parti vaincra et aura plus de sièges qu’il n’en a eu en 2012. Je vous le dis car j’ai sillonné le pays et j’ai vu l’engouement populaire aux meetings du parti. Nous sommes la première force du pays, et ce n’est pas un vain mot », disait-il souvent.

De plus, lors des meetings, il mettait plus en évidence le programme présidentiel que celui de son parti. Cela a forcément déteint sur sa campagne électorale, qui s’est muée en une comptabilité égrenant les réalisations du programme quinquennal du président Bouteflika.

De ce fait, le programme du FLN a été quasi inexistant. Et les citoyens n’ont pu connaître les projets ambitieux que d’autres, à l’instar du RND, ont promis aux populations.

Ce manque de lisibilité conjugué à l’attitude du SG, qui a frôlé parfois le mépris envers les autres formations politiques, a pesé de tout son poids sur le score réalisé.

Selon des informations insistantes, le rôle de Ould Abbès dans cette déconvenue est bien établi. Il est même rendu responsable par la base du recul du parti dans les législatives et dans une campagne qui s’est déroulée au nom du président Bouteflika.

D’anciens ténors de l’ex-parti unique à l’image de Ziari, Belayat ou Abada, n’ont pas hésité à lui imputer cette dégringolade ainsi que son rôle néfaste lors de la campagne. Après une accalmie de quelques mois, les remous reprennent de plus belle au sein du FLN.

Le FLN risque de faire les frais d’une protesta d’envergure qui viserait la direction actuelle avec à sa tête le SG Djamel Ould Abbès, auquel est imputée la situation qui caractérise sa participation aux joutes du 4 mai dernier.

D’ailleurs, on évoque dans la coulisse son prochain départ et son remplacement par Tayeb Louh, l’actuel ministre de la Justice, qui s’est fait discret ces derniers mois, lorsque le prochain BP fera réellement le bilan de ces élections. A moins que la perspective des élections communales ne pèse dans la balance pour le maintenir encore… Mais jusqu’à quand ?

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter