Nationale

#TITRE

226

Ould Abbès reste confiant : « Jeudi nous aurons la majorité absolue »

2 mai 2017 | 20:54
Hocine Adryen

Le SG du FLN, Djamel Ould Abbès, ne donne pas l’impression que la campagne électorale est achevée.

Les attaques qu’il a subies durant vingt-et-un jours lui sont restées en traves de la gorge. Hier, il a donné un aperçu de sa déception à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la presse, à laquelle il a convié la presse nationale à l’hôtel Moncada pour lancer des flèches empoisonnées à son rival de toujours, le RND : « J’ai toujours évité de m’attaquer à mes concurrents lors de cette campagne.

Mais en parallèle, nous avons été bien servis. Nous avons les capacités d’encaisser les coups », lance d’emblée le SG du FLN qui donne l’impression, jusqu’à ce moment, que cette parenthèse a été refermée avec la fin officielle de la campagne. Mais il ne s’arrête pas là et enfonce un peu plus le clou :

« Certains avancent l’idée que le président Bouteflika est le Président de tous les partis. Or, si nous avons fait nôtre le programme du Président, c’est qu’il est le seul Président de notre parti et aussi le Président de tous les Algériens. Il n’est pas le président des 71 partis comme certains le clament.

Il est tout à fait naturel que nous nous inspirions de son programme », dit-il. Ould Abbès s’en est ensuite pris aux partisans du boycott, indiquant que ceux-ci « s’opposent eux-mêmes aux réalités ». A ceux qui l’accusent d’avoir déclaré que le FLN obtiendra la majorité absolue à l’issue des prochaines législatives, il rétorque : « Nous n’avons pas d’ennemis.

Nous avons des compétiteurs. Nous sommes très forts et bien présents dans la société et je le dis sans arrogance. Nous avons confiance en nous-mêmes. Jeudi prochain, nous aurons la majorité absolue et nous ferons les comptes.

Si nous sommes partants pour cette compétition, c’est pour gagner ». Au début de son discours, le SG du FLN a rendu hommage à la famille de la presse et à ceux qui ont perdu la vie durant la décennie noire : « Nous célébrons cette journée pour ne pas oublier les 107 journalistes martyrs qui ont perdu la vie lors de cette décennie noire.

Comme il ne faut pas oublier leur assassinat atroce. Certains journalistes étaient des amis. J’ai en mémoire les paroles de ce médecin de Blida, dont je tairai le nom, qui disait que la plume d’un journaliste tue plus que la Kalachnikov. Si l’Algérie est aujourd’hui sauvée, c’est grâce aux sacrifices de la presse nationale et de son peuple. Il est de mon devoir de rendre un vibrant hommage à cette presse lors de cette décennie.

Notre presse, qui a réalisé des progrès sensibles, n’a rien à envier à celle d’outre-mer. Même si nous subissons des critiques de sa part, nous les acceptons. Nous y sommes habitués depuis 1954 », argue-t-il. Enfin, faisant le bilan de sa campagne électorale, Ould Abbès dira qu’elle « s’est déroulée sans incident et sans accident », ajoutant qu’il a lui-même animé 51 meetings sur une centaine que son parti a programmés.

Le RND a lui aussi salué « les conquêtes » de la presse algérienne dans un communiqué rendu public hier. Le parti d’Ahmed Ouyahia souligne que la presse algérienne est « devenue une source de fierté nationale de par le niveau qu’elle a atteint au sein du monde arabe et en Afrique ».

Le RND, qui salue la famille de la presse, « s’incline à la mémoire de ses martyrs tombés pour que vive l’Algérie face à la barbarie terroriste des années 1990 ». Le parti considère ainsi la liberté de la presse « comme primordiale pour la construction démocratique du pays », dit-il.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter