Articles similaires

Nationale

#TITRE

827

Opération mains propres : 60 personnes sous ISTN à Annaba et El-Tarf

31 juillet 2019 | 17:08
Hirak D’Annaba, Nabil Chaoui

Des enquêtes préliminaires sont déclenchées actuellement par les services de sécurité à Annaba et El-Tarf. Elles concernent plusieurs personnalités qui étaient, ou le sont encore, des commis de l’Etat ou des acteurs économiques de premier ordre dans ces deux wilayas, a-t-on appris de sources sûres.
Des indiscrétions parlent de gigantesques attributions de lots de terrain par des walis à des particuliers. Terrains agricoles, propriétés luxueuses de l’Etat, exploitations de parcelles des côtes ont été cédés à des particuliers en violation des dispositions réglementaires. Côté opérateurs économiques, outre le foncier dont ils ont bénéficié, on parle de plusieurs milliers de milliards octroyés par les banques nationales sans aucune garantie, ou le plus souvent la seule garantie présentée est celle des attributions foncières obtenues encore de manière litigieuse. Il en ressort, à l’issue de ces enquêtes préliminaires, que 60 personnes ont été soumises à une interdiction de sortie du territoire national (ISTN), soit 41 personnes pour la wilaya d’Annaba et 19 pour celle d’El-Tarf, nous a-t-on signalé. Et les enquêtes se poursuivent actuellement. Ces ISTN, ajoute notre source,
« sont des mesures conservatoires tant que les mis en cause ne sont pas frappés par l’article 7 (article 36-bis) de l’ordonnance n°15-02 du 23 juillet 2015 modifiant et complétant l’ordonnance n°66-155 du 8 juin 1966 portant code de procédure pénale ». Outre les commis de l’Etat et les opérateurs économiques, les ISTN ont aussi touché d’anciens élus et de simples agents de l’administration. Le cas le plus édifiant est celui d’un ancien wali d’El-Tarf, Boudjemaa Rouibah qui, de son temps, a bradé souvent au dinar symbolique plusieurs richesses de cette wilaya qui avait connu les affres du terrorisme. Non content de ses pratiques décriées par la population durant son règne à El-Tarf, l’ex-wali, devenu l’ami de Saïd Bouteflika et promu consul général d’Algérie à Marseille, avait continué d’agir comme bon lui semble. C’est le cas pour la rénovation d’un local à usage de bureaux de 80 m2 pour le montant colossal d’un million d’euros, ou encore la signature d’un contrat de gardiennage d’un montant scandaleux. Et c’est à juste titre que le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, a mis fin à ses fonctions le 9 juillet dernier. A Annaba, plusieurs dizaines d’attributions foncières importantes appartiennent aux enfants des différents walis qui se sont succédé, et cela uniquement durant le règne de Bouteflika. Autorisation de construction d’une marina appartenant à un privé, alors que la réglementation en vigueur interdit toute atteinte au sable et à la roche, des crédits bancaires attribués dont les bénéficiaires se sont volatilisés et la liste est longue. Très longue. 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter