Nationale

#TITRE

264

Objectif : prise en charge des glissements de terrains à Béjaïa

25 mars 2017 | 19:50
N. Bensalem

La problématique des glissements de terrains à laquelle font face plusieurs communes et villages de la wilaya de Béjaïa depuis plusieurs années trouvera peut-être une solution. L’initiative du wali, qui veut traiter ces glissements comme espéré par les populations locales va s’avérer peut être payante.

Cela dépendra de la réponse du ministère des Travaux publics à cette urgence, car des populations dans des zones locales risquent, dans plusieurs villages, d’être isolées un jour à cause des affaissements qui se sont produits sur des chemins communaux et de wilaya ces dernières années, et qui se sont accentués avec le temps notamment avec les intempéries et les quantités importantes de neige qui se sont abattues cette année sur la région.

Le mouvement de sol du village Ouandadja, dans la commune de Barbacha, pour ne citer que celui-là, a poussé les autorités à prendre très au sérieux cette menace.

De fait, « un dossier a été élaboré et une demande d’inscription de projets destinés au traitement des glissements de terrains enregistrés à travers plusieurs communes de la wilaya de Béjaïa a été transmise au ministère des Travaux publics récemment », avait déclaré Mohamed Hattab, wali de Béjaïa, lors de son déplacement à Barbacha où il inspectait le chantier du projet de rénovation et de modernisation de la route nationale N°75 sur 17 km reliant Barbacha à Sétif.

Pour rappel, des populations des villages Ouandadja, Belouta et Igher Ouaslen avaient bloqué les sièges de l’APC et de la daïra de Barbacha pour réclamer le traitement du glissement de terrain qui menace d’isoler les trois villages.

L’affaissement qui s’est produit au chemin communal menant vers Khéllil et Ouendadja a été inspecté. On a appris que l’APC avait lancé l’étude de ce glissement du sol et plusieurs variantes ont été proposées. Une fiche technique a ensuite été élaborée et un avis d’appel d’offres lancé ; « il reste à trouver son financement », précise-t-on.

Le wali a rappelé avoir « défendu » ce dossier auprès du ministère des Travaux publics et a rassuré les citoyens de cette région venus nombreux à sa rencontre pour lui faire part de leur inquiétude, les informant qu’il a accordé une enveloppe financière de 38 millions de dinars pour l’aménagement de cette route.

Il a ensuite condamné le recours à la fermeture de la daïra pour revendiquer ce projet, rappelant que sa visite avait été programmée il y a longtemps, contrairement à ce que l’on pouvait penser.

Pour lui, « les citoyens doivent faire preuve de plus de sagesse et de patience », affirmant qu’il ne faisait pas de fausses promesses. « Le wali privilégie un langage transparent avec les citoyens », a souligné la cellule de communication de la wilaya. Et d’ajouter : « Le wali estime qu’on doit dire la vérité aux citoyens et ne rien leur cacher. » 

« Dans le cadre de sa démarche les citoyens vont, à l’avenir, être associés au choix des projets de développement ; eux seuls sont capables de déterminer les priorités et leurs besoins », a-t-on ajouté. En ce qui concerne les travaux de modernisation de la RN 75 qui sont achevés, en attendant la signalisation horizontale, le chef de l’exécutif a instruit le directeur de l’énergie afin d’achever les travaux de traversée du réseau du gaz de ville déjà lancés mais en retard.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter