Nationale

#TITRE

405

Noyades : la moitié des morts sont des adolescents

12 août 2017 | 19:25
Sofiane Abi

Chaque été, près de trois cent personnes meurent noyées en Algérie. Un chiffre qui s’accroît chaque année. Des baigneurs imprudents, qui n’hésitent pas à nager dans des lieux dangereux, se trouvent très vite en danger de mort. 80% des noyades ont lieu sur des plages interdites à la baignade, alors que plus de la moitié des décédés sont des adolescents.

On compte près de 90 personnes mortes par noyade depuis le 1er juin passé. Ce nombre correspond aux seuls cas de noyade recensés sur les plages autorisées et celles interdites à la baignade. En effet le nombre de cas de noyade enregistrés dans les barrages et les mares d’eau est considérable.

Selon la Protection civile, la plupart des personnes ayant trouvé la mort par noyade se baignaient dans des lieux très dangereux, notamment au niveau des rochers où la nage est pourtant strictement interdite.

D’autres, et elles sont très nombreuses, préfèrent se baigner dans des plages qui ne sont pas surveillées par les maîtres-nageurs car interdite à la baignade. Ceci a amplement contribué à la hausse des décès en mer durant ces cinq dernières années.

Il convient de souligner que la plupart des cas recensés depuis le début de cet été sont des adolescents. Ils occupent malheureusement la tête du classement par tranches d’âge. Ils semblent être les plus vulnérables à la noyade en mer.

Du 27 au 29 juillet dernier, les unités de sauvetage de la Protection civile ont enregistré la mort de huit personnes, dont cinq sur des plages interdites, tandis que quatre adolescents ont perdu la vie en nageant dans des lieux dangereux. Dans la wilaya de Béjaïa, le 27 juillet dernier, les éléments de la Protection civile ont recensé trois morts par noyade.

Le premier, un enfant âgé de 12 ans, a perdu la vie à la plage d’Aokas, laquelle est autorisée à la baignade. Le deuxième, un adolescent, s’est noyé sur une plage interdite à la baignade dans la commune de Melbou. Enfin, le troisième s’est noyé en mer, encore une fois sur une plage interdite à la baignade, dans la commune de Souk El-Tenine.

Un jour après ce drame, qui a coûté la vie à deux adolescents et à un homme, un autre adolescent s’est noyé sur une plage interdite à la baignade, sise au niveau du port de la commune d’El-Kala. Le corps de l’adolescent a été repêché quelques heures plus tard par les secouristes.

Le 29 juillet dernier, dans la wilaya de Jijel, un enfant de dix ans est décédé par noyade, et ce au niveau d’une plage interdite à la baignade au lieudit Bine El-Ouidane, daïra d’El-Ancer.

Pas loin de cette plage, une autre personne est morte par noyade, plus exactement à la plage autorisée à la baignade d’El-Aouana.
Cette fois, c’est le conducteur d’un jet-ski qui a heurté, de plein fouet, un jeune adolescent à la plage dite El-Kharouba, à Annaba, une plage autorisée à la baignade.

Le corps sans vie de la victime a été transporté à la morgue de l’hôpital de la ville. A noter qu’un autre adolescent est décédé par noyade dans une mare d’eau dans la wilaya de Tlemcen, au lieudit Chellalat Lourit, commune d’Aïn Fezza. Par ailleurs, la période du 3 au 5 août passé a également été meurtrière. Il a été enregistré la mort par noyade de deux adolescents et de trois adultes.

Dans la wilaya de Msila, une jeune adolescente âgée de 14 ans est décédée noyée dans un barrage situé au village Lamguitaa, commune de Bir Foda, daïra d’Aïn El-Melh. Un autre adolescent a trouvé la mort par noyade dans une mare d’eau située au lieudit Sidi Ouadah, commune de Tagdemt, dans la wilaya de Tiaret. Quant aux trois adultes, ils sont décédés en mer à Guelma, Blida et Mostaganem.

Le premier au niveau du barrage d’eau de Bouhamdane, le second dans un bassin situé au lieudit Oued Beni Aza, commune d’Ouled Yaich, et enfin le troisième à la plage autorisée à la baignade de Mezghrane. D’autre part, la Direction générale de la Protection civile (DGPC) a multiplié ses appels aux familles pour plus de vigilance.

Des campagnes de sensibilisation ont été menées et se poursuivent toujours pour contrer les dangers qu’en courent les adolescents sur les plages et dans les barrages d’eau.

La moitié des décédés par noyade sont des adolescents

La Protection civile a enregistré, durant l’année 2016 et les six premiers mois de l’année en cours, la mort par noyade de 276 personnes, dont environ la moitié sont des adolescents. La plupart des décès ont été enregistrés au niveau des barrages d’eau situés dans diverses wilayas du pays, tandis que d’autres ont perdu la vie sur les plages.

Le drame des noyades dans les barrages, dans les retenues collinaires et autres plans d’eau, auquel la Direction générale de la Protection civile est particulièrement confrontée en tant qu’institution dédiée au secours et au sauvetage, ne cesse de prendre de l’ampleur.

Chaque année, plusieurs cas de décès par noyade sont enregistrés dans les différents plans d’eau par les services de secours de la Protection civile.

Ainsi, durant l’année écoulée, les statistiques arrêtées par la Protection civile font état de 227 personnes décédées. En ce qui concerne l’année en cours, la Protection civile a déjà comptabilisé plus de 60 décès pour la période du 1er juin au 5 août.
Convaincue du fait qu’il s’agit là d’un problème de prise de conscience.

La protection civile a lancé, en coordination avec l’Agence nationale des barrages et transferts, une deuxième campagne de sensibilisation et de prévention à l’adresse des citoyens sur les dangers de la baignade dans les plans d’eau au niveau du barrage de Sidi Yakoub.

Le coup d’envoi de cette campagne a été donné en juillet dernier dans l’espoir que cette démarche porte ses fruits dans les jours qui suivent, c’est-à-dire durant le reste de la saison estivale.

Afin d’assurer plein succès à cette importante campagne de sensibilisation, les directions de la Protection civile des wilayas ont été instruites par le directeur général, le colonel Mustapha El-Habiri, à l’effet d’organiser localement, en coordination avec l’Agence nationale des barrages et transferts, des caravanes d’information de proximité à même de toucher le maximum de populations, et ce en s’appuyant sur l’expérience acquise lors des caravanes précédentes, notamment la dernière campagne de sensibilisation concernant la saison estivale.

Ces mesures et l’adhésion de la population à cette campagne pourraient contribuer à endiguer, ou du moins à réduire le phénomène de noyade dans les différents plans d’eau.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter