Articles similaires

Nationale

#TITRE

307

Nouria Benghebrit : « Le dialogue est conditionné par la fin de la grève »

5 février 2018 | 22:46
EducationgrèveTizi-Ouzou Saïd Tissegouine


La ministre de l’Education, Nouria Benghebrit, en visite de travail et d’inspection à Tizi Ouzou les 3 et 4 de ce mois, s’est montrée intransigeante vis-à-vis du bureau national du CNAPESTE. « La reprise du dialogue avec le bureau national du CNAPESTE est conditionnée par la fin de la grève qu’il a lancée », a-t-elle indiqué, avant-hier, dans un point de presse qu’elle a animé au siège du centre culturel Lounès-Matoub de Aïn El-Hammam, où elle a assisté en tant qu’invitée d’honneur au spectacle animé par les élèves de l’école Seddik-Ben Challal.


C’est à l’issue du point de presse que la ministre a souligné qu’en ce qui concerne les membres du CNAPESTE, bureau de wilaya de Tizi Ouzou, ceux-ci sont toujours les bienvenus pour le dialogue et la concertation. Nouria Benghebrit a indiqué que la ponction sur salaire à l’endroit des enseignants grévistes, hormis ceux de Tizi Ouzou, n’est pas à écarter. « Les grévistes ne doivent pas ignorer la loi selon laquelle les journées non travaillées ne sont pas rémunérées », a expliqué la ministre. Quant à l’épineuse problématique de la transcription du tamazight, Nouria Benghebrit a déclaré que son département a autorisé l’utilisation des trois graphiques, à savoir le latin, le tifinagh et l’arabe. « Il n’en demeure pas moins cependant, précise la ministre, que le choix définitif dépendra de la décision de l’Académie berbère ». Notons que c’est à partir du centre culturel Lounès-Matoub que Nouria Benghebrit a donné le coup d’envoi du concours « Aqlam biladi » (les plumes de mon pays), dont les noms des vainqueurs seront connus à l’occasion de la journée du 1er novembre. Ce concours, auquel participe 300 établissements des paliers moyen et secondaire, est organisé sous l’autorité du Haut-Conseil de la langue arabe, des ministères de l’Education nationale et de la culture ainsi que de l’Office national des publications des livres scolaires. Au cours de la même journée, la ministre a visité un nombre considérable d’établissements scolaires où elle a pris le temps de s’entretenir avec les enseignants, les élèves et le personnel de l’établissement. A Tifardou, dans la commune d’Abi-Youcef, village qui culmine à 1 197 mètres d’altitude et qui a obtenu le premier prix du village le plus propre pour l’année 2017, la ministre s’est entretenue avec les membres du comité du village sur la question écologique et organisationnelle.


Il va sans dire que l’école de ce village a également reçu la visite de la ministre. En somme, la journée d’avant-hier a été un grand marathon pour la ministre et son énorme cortège, avec sa tête Mohamed Bouderbali. Le jour de son arrivée dans la capitale du Djurdjura, Nouria Benghebrit a rencontré des chefs d’établissement ainsi que les cadres et dirigeants de la direction de l’éducation. Elle s’est ensuite réunie avec les représentants de la Fédération de wilaya des parents d’élèves, l’Association nationale des parents d’élèves et six syndicats (l’UNPEF, SATEF, SNAPESTE, SET (UGTA), SNCCCPEN et SNTE). Le CNAPESTE, pour sa part, a refusé de répondre à l’invitation. A relever que malgré l’absence du CNAPESTE, la ministre a qualifié la rencontre avec les partenaires sociaux, menée à huis clos, de « fructueuse ».

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter