Articles similaires

Opinions

#TITRE

822

Gardons intacte l’énergie patriotique du peuple !

24 mars 2019 | 20:45
Mansari Kamel Mansari


Depuis le début de la protestation populaire le 22 février dernier contre le 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika, suivie du rejet de la feuille de route visant, à terme, à favoriser l’alternance, des responsables politiques et autres analystes, y compris dans la sphère médiatique, ne cessent d’exiger du mouvement de désigner des représentants dans la perspective d’une négociation directe avec les autorités.
Cette situation inédite a donné lieu à des lectures orientées par le vœu pieux de voir ce phénomène de contestation doté d’un leadership qui ferait office de vitrine ou de porte-voix face aux autorités. Certains ont reproché au mouvement de faillir dans la désignation de ses représentants.
Dans cette ambiance sujette à toutes les manipulations et à l’improvisation, beaucoup se sont évertués à vanter des formules censées faciliter la désignation, sur l’ensemble du territoire national, de délégués du hirak.
Les réseaux sociaux ont justement servi de laboratoire duquel les initiatives fusaient de toutes parts pour donner corps à la représentation.
Des figures non partisanes ayant pris fait et cause pour ce hirak, à l’image de l’avocat Mustapha Bouchachi ou son confrère Mokrane Ait-Larbi, ont été évoquées par les uns et les autres, notamment sur les plateaux de télévision, en tant que potentiels interlocuteurs avec les autorités. Or, depuis le début de la contestation citoyenne, aucun nom n’a émergé ou n’a été scandé par les manifestants qui n’ont pas changé d’un iota la revendication principale : le départ du système, plus précisément du président Bouteflika et des personnalités qui gravitaient autour de lui ou agissaient en son nom et que les citoyens ont désigné par leur nom. Il est admis qu’aucun peuple au monde, avec sa complexité et sa diversité, n’a la possibilité de désigner des représentants lorsqu’il occupe la rue avec un même mot d’ordre. 
Les nations les plus structurées et les plus performantes en matière de démocratie n’auraient aucune possibilité de donner une tête homogène à un mouvement de la sorte et qui, de surcroît, brasse des millions de citoyens. Tenter d’accréditer la thèse selon laquelle le hirak algérien peut donner naissance à des représentants sortis de ses entrailles relève de l’irrationnel. Ce n’est pas de sa vocation. Dans le cas d’espèce, le peuple a montré la voie. Il a créé une dynamique nouvelle qui libérera les énergies et permettra à chaque corporation, à chaque parti, à chaque personne, voire à la société civile toute entière d’œuvrer, à partir de son espace ou de ses retranchements, à traduire la volonté des citoyens pour le changement escompté. 
Cette dynamique est désormais palpable et impossible à contourner.
Elle est devenue une réalité dont personne ne saurait négliger la dimension, voire l’impact sur le devenir de l’Algérie.
Il y a une réalité avant et après le 22 février 2019.
Elle rompt brutalement avec l’option électorale de l’Etat et ceux qu’on qualifie de décideurs, mais aussi avec la conduite des affaires de l’Etat, de l’exercice du pouvoir et de la représentation populaire légitime. Si les rangs des manifestants ne cessent de grossir au fur et à mesure des adhésions aux slogans et revendications exprimées à tue-tête chaque vendredi, ceux du clan présidentiel s’effilochent à vue d’œil. Toutefois, la dynamique actuelle pourrait servir d’issue à la crise et sauver autant le pays que ses institutions, compte tenu du fait que la cause de la grogne est d’ores et déjà identifiée et facile à traiter si la volonté est de mise.
Il reviendra ainsi aux acteurs et aux personnalités de quelque bord que ce soit et qui bénéficient de la confiance du peuple de traduire sa volonté dans le cadre de cette dynamique. C’est à eux de se mettre en évidence et non pas au peuple de les extraire de son sein. Alors cessons d’accabler le peuple en exigeant de lui de faire plus que ce qu’il est en train d’accomplir pacifiquement aux yeux du monde et aux yeux de l’histoire. 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter