Nationale

#TITRE

256

Messahel à Nouakchott à la veille du sommet de la Ligue arabe

23 juillet 2016 | 20:15
Djamel Zerrouk

La réunion des ministres arabes des Affaires étrangères, préparatoire à la 27e session ordinaire du Conseil de la Ligue arabe au niveau du sommet, prévu les 25 et 26 juillet en cours, a débuté hier samedi à Nouakchott (Mauritanie) avec la participation du ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue arabe, Abdelkader Messahel.

Présidée par le ministre mauritanien des Affaires étrangères et de la Coopération, Isselkou Ould Ahmed Izid Bih, la réunion portera sur plusieurs points dont l’élaboration du projet de l’ordre du jour du sommet arabe, l’examen des projets de décisions relatifs aux dossiers soumis aux dirigeants arabes, notamment le développement de l’action arabe commune, la situation dans certains pays arabes, l’activation des mécanismes relatifs à la préservation de la sécurité dans la région arabe et la lutte contre le terrorisme.

Exclue en novembre 2011, la République arabe de Syrie ne prendra pas part à cette réunion, jugée pourtant « capitale » pour le devenir de la « Oumma ».

La réalité du terrain moyen-oriental, qui pourrait suggérer aujourd’hui une révision de la copie de l’organisation panarabe, n’aura pas pris le dessus à la rencontre de Nouakchott, notamment au niveau des délégations « hostiles » à Damas, comme celles des pays du Golfe.

L’un des rares pays, aux côtés du Liban et de l’Irak, à prôner une solution définitive et sans ingérence occidentale à la tragédie syrienne, l’Algérie continuera à user de son influence pour convaincre la Ligue arabe de revenir à de meilleurs sentiments.

Il est question en effet de s’imprégner de la réalité du terrain syrien, qui est matérialisé aujourd’hui par une mainmise quasi-totale de l’armée gouvernementale syrienne sur le front antiterroriste ainsi qu’une reconnaissance de facto, au niveau international, à l’Est comme à l’Ouest, de la légitimité de Damas à résister contre Daech et Al Nosra.

Par la voix de Abdelkader Messahel, l’Algérie, qui a eu à subir une décennie terroriste des plus sanguinaires, n’a en rien modifié le contenu de sa feuille de route pour ce qui est des pays arabes qui sombrent dans le chaos et la désolation.

Messahel, à juste titre, avait souligné vendredi à l’issue de sa rencontre avec le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul-Gheit, que le sommet actuel intervenait dans une « conjoncture difficile marquée par des conflits dans de nombreux Etats arabes, notamment la Syrie, la Libye le Yémen et la Somalie, sans parler des défis sécuritaires et des dangers auxquels sont confrontés les pays de la région ».

Cette conjoncture exigeait, a-t-il ajouté, la « coordination des efforts de toutes les parties concernées à fin d y faire face et de préserver la sécurité et la stabilité dans la région ». La vision d’Alger sera-t-elle prise en considération ?

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter