Nationale

#TITRE

424

Messahel : « L’Algérie n’a de leçon à recevoir de personne »

10 juillet 2017 | 20:40
H. R.

L’Algérie n’est pas contre les migrants subsahariens, mais contre les réseaux mafieux et terroristes qui tirent profit de la détresse des clandestins.

C’est ce qu’il apparait de l’intervention du ministre des Affaires étrangères Abdelkader Messahel rattrapé par la polémique autour des positions jugés racistes et xénophobes de certains cercles médiatico-politiques.

« L’Algérie est en train de prendre des « mesures urgentes » pour faire face au phénomène de la migration qui menace « la sécurité nationale » a déclaré hier le ministre M.Messahel.

Il aura fallu un véritable recadrage du débat houleux qui s’est imposé récemment sur la scène nationale notamment sur les réseaux sociaux. Le dossier des migrations subsahariennes et ses effets politiques et médiatiques suscitent des réactions souvent disproportionnées.

Avec la levée des boucliers par des ONG et des partis politiques, suite aux propos du patron du RND, Ahmed Ouyahia, accusé de tous les dérapages, le gouvernement devait réagir promptement et surtout mettre sur la table les vrais enjeux ou menaces qui se cachent derrière ce flux migratoire clandestin.

C’est la tâche qui aura été dévolue au chef de notre diplomatie, appelé à clarifier la position officielle algérienne et surtout à situer les véritables sources du problème. Toutefois, Messahel a accusé des « réseaux organisés qui sont derrière ce flux massif de migrants clandestins « .

Messahel qui s’exprimait en marge d’un atelier international sur « le rôle de la réconciliation nationale dans la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme » a ajouté qu’il existe une « mafia organisée dont font partie des Algériens encadre les opérations d’émigration clandestine vers l’Algérie « , soulignant les liens entre les réseaux de trafic humains et les groupes terroristes et le crime organisé. » 

Nous suivons de très près ce phénomène et l’Algérie est devenue un pays de destination pour les migrants clandestins subsahariens « a précisé Messahel, qui n’a pas manqué de répondre aux flots de critiques de la part des ONG de défense des droits de l’Homme et des partis politiques, en soulignant qu’il est du devoir du gouvernement et en « tant qu’Algériens de défendre la souveraineté nationale et notre sécurité, et c’est notre droit. « 

Répondant aux critiques, le ministre des AE a rétorqué que notre pays « n’a de leçon à recevoir de personne », et que les « Algériens sont connus pour leur hospitalité, mais ils sont jaloux de leur souveraineté nationale ».

Soulignant que le gouvernement demeure « vigilant » sur la question de l’immigration clandestine, Messahel a indiqué que « les lois algériennes interdisent l’immigration clandestine », en précisant que « 20 millions d’Africains » se déplacent illégalement en Afrique à cause de la dureté du climat, du chômage, des conflits, et trouvent des difficultés à se rendre en Europe, en raison de la fermeture des accès ».

Le chef de notre diplomatie a estimé qu’il existe « 5 000 » Africains dans les rangs des groupes terroristes dans le monde, ce qui est un « chiffre énorme ».

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter