Nationale

#TITRE

282

Merrakech recommande de miser sur les compétences

5 juin 2017 | 22:19
F. A.

Le président de la Confédération algérienne du patronat, Boualem Merrakech, a évoqué les grands axes abordés avec le ministre de l’Industrie et des Mines dans le cadre des consultations que ce dernier avait entamées avec les associations d’employeurs.

« Nous avons abordé notamment la situation de crise que traverse l’Algérie et que les Algériens doivent assumer », a-t-il déclaré lundi sur les ondes de la radio.

Intervenant à l’émission « L’invité de la rédaction » de la Chaîne 3, le porte-parole de l’organisation patronale a signalé que ces consultations ont débouché sur des résultats laissant entrevoir des « solutions aux problèmes qui se posent aujourd’hui » et qui sont, selon lui, dépendantes de la confiance qui doit s’installer entre le patronat et les pouvoirs publics.

A propos du plan d’action du gouvernement qui sera présenté par le chef de l’Exécutif Abdelmadjid Tebboune à l’APN à partir du 18 juin, Merrakech a affirmé que les organisations patronales ont situé les contraintes et qu’ »il n’y a pas lieu de formuler tout cela », la question étant de savoir comment chasser les « médiocres » pour laisser place aux compétences.

Concernant les propositions formulées lors de sa rencontre avec le ministre de l’Energie, Merrakech rappelle que celles-ci ont été énoncées « à chaque tripartite », ajoutant qu’elles concernent tant la révision des systèmes financier et bancaire que la lutte contre la bureaucratie, des phénomènes au sujet desquels il appelle les pouvoirs publics à « agir rapidement et dans la transparence » pour les solutionner.

Le président de la Confédération du patronat appelle à « remettre tout en cause », notamment pour ce qui concerne la « protection » que l’Etat accorde aux entreprises publiques et qui, déclare-t-il, engendre des « retombées négatives » sur celles du secteur privé.

Il a signalé que lors de sa rencontre avec le ministre de l’Industrie, il lui a remis deux documents proposant des solutions pour tous les secteurs d’activité du pays, « y compris celui de l’éducation nationale ». Commentant le système de subvention « de 25 milliards de dollars » institué par l’Etat au profit des plus démunis, et dont il relève qu’il profite également aux ménages aisés, Merrakech note qu’il s’agit là d’une « particularité algérienne » dont il faut revoir les mécanismes.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter