Nationale

#TITRE

240

Médéa : L’eau distribuée un jour sur trois

15 août 2016 | 20:12
Nabil B.

L’eau potable ne coule plus aussi généreusement qu’avant dans les foyers de la ville de Médéa qui la recevaient à raison de 2 dessertes par jour et durant des plages horaires relativement assez longues.

Fin donc le temps où l’on pouvait disposer de ce précieux liquide d’une manière biquotidienne, ce qui oblige les foyers à faire leurs réserves en recourant à des installations coûteuses, et ce pour parer au manque d’eau.

En effet, l’alimentation en eau potable est cette année de plus en plus espacée dans le temps, passant d’une desserte quotidienne de quelques heures à une desserte sur trois, voire un jour sur cinq dans certains quartiers. Le problème de la pénurie d’eau s’est aggravé depuis le début de cet été, forçant beaucoup de foyers à s’adresser aux vendeurs d’eau et à s’équiper de moyens de stockage pour constituer leurs réserves.

Comme le dit l’adage, « le malheur des uns fait le bonheur des autres ». En effet, cette situation fait le bonheur des vendeurs de ce précieux liquide qui s’approvisionnent chez des propriétaires de puits.

La situation est expliquée différemment. Certains imputent la responsabilité de ce problème à la gestion de la distribution, laquelle privilégie certains quartiers qui disposent de l’eau H24, notamment le quartier des récentes cités sur les hauteurs de Theniet El-Hadjer ; d’autres par contre pensent que ce sont les nombreuses fuites d’eau sur le réseau qui en sont la cause.

Cependant, d’aucuns expliquent ce manque d’eau par les changements induits par le phénomène de l’urbanisation, avec la création de nouveaux centres et autres, ensembles d’habitat qui se sont conjugués dès lors au phénomène lié à la pression démographique.

Il faut savoir que le nombre d’habitants de l’agglomération a augmenté alors qu’un nouveau pôle urbain a vu le jour, concentrant à lui seul l’équivalent d’une localité.
Depuis la création du nouveau pôle urbain, la distribution d’eau potable connaît des perturbations suite à la décision des autorités de réserver une quantité du volume d’eau destiné à la ville de Médéa à l’approvisionnement de ce pôle.

N’ayant pu prévoir d’autres sources d’approvisionnement pour cet ensemble urbain, la solution trouvée a consisté à diviser le volume desservi entre la ville et le pôle urbain, lequel compte d’importantes infrastructures publiques dont un pôle universitaire, une résidence universitaire, des cités d’habitation, des établissements d’enseignement et de santé, etc.

C’est à une nouvelle réalité que la population est aujourd’hui confrontée ; une réalité caractérisée par une réduction drastique de la distribution d’eau, aggravée par les aléas dus aux pannes de courant électrique, au vendalisme des conduites ou aux branchements clandestins.

La solution viendrait du projet de transfert des eaux de Ghrib servies précédemment à la ville de Berrouaghia et dont le quota de 12 000 m3 d’eau approvisionnera la ville de Médéa.
En attendant la concrétisation de ce projet, les résidents du chef-lieu doivent prendre leur mal en patience même si les conséquences engendrées par le problème d’alimentation en eau potable de la ville auraient pu être anticipées par les décideurs.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter