Articles similaires

Nationale

#TITRE

749

Me Bouchachi : « La mise en place d’une instance de transition est urgente »

6 avril 2019 | 16:00
Bouteflika Bouchachi De Bejaïa, N. Bensalem


Une période de transition politique doit être décrétée rapidement et elle doit s’étaler sur plusieurs mois, non pas sur trois mois seulement . C’est ce qu’a plaidé ce samedi Me Mustapha Bouchachi dans une conférence-débat qu’il a animée à l’auditorium du centre universitaire de Targa Ouzemour à Béjaïa. Me Bouchachi a ensuite expliqué que « cette étape, nécessaire pour l’instauration d’une véritable démocratie, doit permettre à la société de s’organiser et doit conduire indubitablement à l’émergence de nouvelles forces politiques dans le pays, afin de sortir définitivement de la crise par des élections et laisser le peule choisir librement ses représentants légitimes en toute liberté ». Il a averti qu’« une courte période de transition ne peut permettre à la société de s’organiser et elle est susceptible de provoquer encore des clivages, car ce sera sans doute les forces politiques traditionnelles qui en seront les bénéficiaires au détriment du mouvement populaire, et cela peut exposer le pays au danger ». Le conférencier estime que cette période va être consacrée, également, à regagner la confiance perdue. Pour lui « il faut installer, très vite, une instance de transition et préparer le terrain pour sortir de la crise par la construction d’un Etat démocratique et libre où toutes les questions et revendications soulevées seront traitées ». L’animateur de la conférence estime que « nos besoins ne doivent pas être personnels et toutes les questions devraient être discutées à travers des débats démocratiques une fois que le pays sera mis sur la voie ». Il a, ensuite, souligné que « le peuple doit choisir librement ses représentants et à ce propos, l’actuel gouvernement est déjà rejeté par l’ensemble des Algériens ». « Nous voulons qu’à l’avenir, le peuple soit l’unique faiseur de présidents, pas une quelconque autre institution ou partie. » « Depuis l’indépendance, le pouvoir tente de diviser le peuple pour empêcher la naissance d’un Etat libre », fait-il remarquer. « L’Algérie est notre objectif et notre devise, l’Algérie avant tout, une Algérie démocratique et on ne doit pas céder aux manipulations ni aux extrémismes qui tentent de désunir le peuple ». Au sujet des offres faites par le vice-ministre de la Défense et général de corps d’armée, Me Bouchachi dira : « Nous avons besoin de l’armée, qui doit accompagner le mouvement et le changement, mais sans que celle-ci soit directement dans le processus politique et impose sa vision. » A ce titre, il dira : « A toute personne ou institutions qui veulent nous accompagner vers la démocratie nous disons venez sans exclusion, et cela devrait se faire un jour par les urnes. » Cependant, avertit-il, « nous ne voulons pas que des parties détournent le destin de tout un peuple ». Et d’ajouter à ce propos : « Nous attendons des faits et l’application des articles 07 et 08, et la naissance de réelles et libres instances de transition. » Au sujet de certaines manœuvres, « je suis convaincu que personne ne peut tromper le peuple qui est contre la bande et qui sera contre toute autre personne qui tenterait de détourner sa volonté, cela même s’il faut passer le ramadhan dans la rue ». Au sujet du choix du système, Me Bouchachi estime que le système présidentiel a montré ses limites et partant des expériences des autres pays, il faut adopter une autre façon et impliquer toute la société dans la construction de l’Etat, de manière à éviter les clivages durant la période de transition, qui doit-être couronnée par la tenue d’élections présidentielle ou parlementaires ». 


 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter