Nationale

#TITRE

269

Marches : Les supporters font preuve de créativité

26 avril 2019 | 18:00
Aziza Mehdid

Les Algériens continuent de manifester pour le dixième vendredi de suite. A Alger, des milliers de marcheurs gardant le même état d’esprit sont sortis ce vendredi contester le système en place. Certes, ils sont moins nombreux que les vendredis précédents, mais ces manifestants sont très conscients que le chemin de la liberté est des plus épineux et que malgré les acquis de ce mouvement populaire, beaucoup reste à faire.
Les supporters des clubs sportifs étaient comme d’habitude au rendez-vous. Ces adeptes des tribunes des stades, premiers espaces libérés et « politisés » où la voix de l’Algérie profonde a tant retenti pour crier la détresse du peuple, s’approprient certains endroits en plein Alger-Centre et les transforment en véritables tribunes « politiques ».
Des foules animées d’une fougue immense qui ont fait vibrer hier les escaliers limitrophes au lycée Arroudj et Kheireddine Barberousse. La scène était incontournable voire très attractive pour les autres manifestants. C’est le dialogue d’une jeunesse en quête d’un avenir meilleur qui s’est installé entre les supporters des clubs sportifs. S’organisant en deux groupes, ces jeunes entonnaient à tue-tête plusieurs chansons « spécial stades ». Des messages pleins de sens et exprimant leur révolte contre un pouvoir qui les a méprisés des années durant. À travers « la casa d’El Mouradia », « sorry, sorry sorry Gaid Salah… », « Babour Louh… » ou encore « Fibladi delmouni… » importée des voisins marocains, ces foules impressionnantes fustigeaient les dirigeants de ce pays et dénonçaient la corruption, la drogue, la harga et tant d’autres fléaux ayant anéanti la jeunesse algérienne.
Certes, ces scènes s’apparentent à quelques nuances de près à la « folklorisation » des manifestations, mais force est de constater que ce tsunami humain « pacifique » risque à tout moment de dévaster ses provocateurs. 
Oussama, un des jeunes présents parmi ces habitués des tribunes, que nous avons approché, indique qu’il s’agit d’une manière d’exprimer en toute liberté son rejet catégorique de tous ceux qui ont pillé les richesses du pays pendant des années. « Aujourd’hui nous nous sommes libérés des contraintes qui nous ont été imposées par le passé. Nous pouvons dire haut ce que nous pensions bas », se réjouit-il.
Par ailleurs, un passant visiblement impressionné par l’ambiance qui régnait lâche d’emblée :« Nos jeunes sont magnifiques ; ils sont pleins d’énergie et d’enthousiasme. Malheureusement, ils ne sont pas pris en charge. » « Avec une telle jeunesse, l’Algérie aurait pu réaliser des miracles ; hélas nos compétences continuent de fuir le pays pour aller faire le bonheur des autres nations », regrette-t-il. Alors que les gens attirés par les chants affluaient, une vieille femme drapée dans son voile n’a pas hésité à se faufiler entre ces jeunes en signe de soutien et lancé des youyous… « ya3tikoum saha », dit-elle avant de se retirer de cette marée humaine et continuer sa manifestation.
Pourvu que ces manifestations grandioses se poursuivent dans la « Silmya ». Le peuple s’est réapproprié l’espace public pour y extérioriser ses sentiments et ses pensées. Il a besoin d’être écouté attentivement, sérieusement, si l’on a vraiment la bonne foi de satisfaire ses revendications. Le fossé qui s’est creusé pendant des années entre un régime discrédité et un peuple opprimé est profond et difficile à pallier. C’est dire que réussir le grand virage, nécessitera de faire table rase et tout reconstruire ensemble.
Aziza Mehdid

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter