Articles similaires

Nationale

#TITRE

427

Nouvelle initiative politique du MSP

16 juillet 2018 | 23:33
Abderrezak Makri Hocine Adryen


Le président du MSP, Abderrezak Makri s’est réuni ce lundi au siège de son parti avec le président du MPA, Amara Benyounes, dans une rencontre inédite et inattendue au vu des divergences profondes qui séparent les deux formations en terme d’idéologie et de vision.


Une seconde rencontre est prévue dans les jours à venir. De quoi ont-ils discuté et quels sont les points abordés par les deux chefs de parti que tout oppose. Si l’un est pour un 5e mandat du Président Abdelaziz Bouteflika et l’a soutenu lors des deux derniers, le second est un farouche opposant au locataire d’El Mouradia. Mais cette rencontre est déjà en soi un évènement politique. Si le MSP est sorti de son islam politique et cherche à devenir un parti sécularisé, il le doit en grande partie à une révision fondamentale de la doctrine de son parti qu’il a opéré lors du dernier congrès au cours duquel il a éjecté l’ex-président Aboudjerra Soltani favorable à une coalition présidentielle. Mais dans le même temps, il est resté prisonnier de son appartenance à la mouvance internationale des Frères musulmans qui prône l’instauration d’une république islamique soft à l’image de celle que tente de construire à petits pas le président turc Erdogan. Cette révision profonde, faut-il le souligner, a été rendu, possible aussi par un concept d’islam politique défiguré par l’extrémisme véhiculé par Al-Qaida et l’Etat islamique, ainsi que de la nécessité de montrer la différence entre la « démocratie musulmane » dont il se réclame et l’islam « djihadiste extrémiste » des groupes terroristes. Faut-il pour autant donner du crédit à ce revirement stratégique du parti connu pour son entrisme du début des années 1990 inauguré par feu Nahnah ? Ou s‘agit-t-il d’une profonde conviction née de la leçon tirée des évènements tragiques qui ont endeuillé le pays durant la période noire ? Le parti a traversé un trou d’air avec son passage au pouvoir au début des années 2000.


Mais aujourd’hui, il est redevenu la première force d’opposition du pays. Alors que certains au sein du parti critiquent vertement ce rapprochement avec les partis alliés du pouvoir, ses responsables doivent solder les comptes de leur passage au pouvoir. En tout état de cause, le MSP de Makri, désormais premier parti de l’opposition, se prépare à un changement de cap et aspire à renvoyer l’image d’un parti qui évolue, un parti qui bouge et qui ne craint pas de se renouveler. Le président du MSP, Abderrezak Makri, a appelé le vice-ministre de la Défense et chef d’état-major de l’ANP à « régler la crise qui secoue l’Algérie ». Dans sa dernière conférence de presse, le chef du MSP a clairement demandé au chef de l’état-major d’organiser « une transition démocratique ». Et d’ajouter que l’institution militaire « doit être partie prenante dans le règlement de la crise actuelle », assurant qu’« il y a des officiers qui sont conscients des dangers » du maintien du statu quo actuel. Makri, qui a renoncé à son ambition présidentielle appelle la classe politique à présenter un candidat du consensus à l’élection présidentielle pour concrétiser la paix et sortir de la crise politique. Et pour l’avenir ? En matière économique, le programme du parti veut notamment à la fois augmenter le pouvoir d’achat,


relancer l’économie sur de bonnes bases, lutter contre le chômage et la corruption, installer un environnement des affaires plus concurrentiel. Pour autant, cela suffira-t-il à convaincre les nombreux adversaires qui lui reprochent son « double langage » et sa « duplicité » ? D’aucuns évoquent d’ores et déjà un « revirement tactique ». « Serait-ce une énième « ruse » politique du mouvement cherchant à se redonner une virginité et à vendre une nouvelle image, qui colle plus à la réalité de la société algérienne ? Le doute est permis ». Alors, opportunisme tactique ou révolution idéologique ? Parti devenu incontournable de la scène politique, le mouvement ne cesse d’évoluer et d’opérer des mues, loin des calculs puérils. En mieux ? Le temps nous le dira. Aux autres d’en prendre de la graine…

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter