Articles similaires

Nationale

#TITRE

659

Makri passe à la vitesse supérieure

23 juillet 2018 | 23:47
Abderrezak Makri Hocine Adryen


Le SG du FLN, Djamel Ould Abbès ; a été sommé d’accepter de rencontrer le président du MSP, Abderrezak Makri, pour discuter de son initiative politique. Cette rencontre est prévue pour le début de la semaine prochaine au siège du MSP, croit-on savoir.


Après avoir rejeté catégoriquement cette idée- une transition politique supervisée par l’Armée nationale populaire- le SG du FLN a subitement tourné casaque et accepté de rencontrer Makri pour définir le cadre du dialogue. Le leader du MSP devrait rencontrer également le SG du RND, Ahmed Ouyahia, croit-on savoir encore.


L’initiative politique du MSP repose sur l’idée de l’organisation d’une élection présidentielle qui incomberait à toute la classe politique, y compris la société civile, et parrainée par l’Armée nationale seule garante du bon déroulement du processus électoral. Elle ne mentionne aucunement une quelconque intervention de l’ANP ou son instrumentalisation dans un camp ou dans un autre. Le MSP tente de rassembler un maximum d’acteurs politiques et associatifs depuis quelques jours, entreprend des démarches auprès de différents leaders de partis et de diverses personnalités indépendantes, afin de les amener à prendre part à ce débat national. Mais, pour amener ce dialogue, il reste à lever plusieurs obstacles. En un, que le pouvoir offre des garanties -ce que le MSP appelle des mesures de confiance- autrement dit, que le pouvoir revienne sur le dispositif ainsi que sur la surveillance du processus électoral précédemment engagé.


Ainsi la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE) chargée de la gestion des élections et des référendums, de leur organisation et de leur supervision dans leurs différentes phases mis en place depuis 2016 devrait connaître si un accord et trouver un changement significatif de sa mission, de son fonctionnement et de son rôle. A en croire certaines confidences, le président Abdelaziz Bouteflika serait disposé à céder sur cette question. De réels obstacles jonchent donc le chemin du docteur Makri : renouer les fils du dialogue entre le pouvoir et l’opposition demeure un gros challenge tant les divergences restent énormes. La confiance a disparu entre les deux camps depuis l’épisode CNLTD. L’opposition, rassemblée à l’époque autour de cette structure a, au bout de deux ans d’existence, rendu l’âme. Aussi les consultations qu’il compte initier se feront avec la majorité des partis sans exclusion. Makri a expliqué qu’il s’agit pour sa formation de prendre à témoin l’opinion publique en tentant de proposer une sortie de crise. Une initiative qui, dit-il, intervient dans un contexte de perte totale de crédibilité des institutions.


Après sa rencontre la semaine dernière avec Amara Benyounes, le président du MPA, Makri a rencontré le président du parti Talai El Houriyat, Ali Benflis, auquel il a présenté l’initiative du mouvement relative au consensus national qui repose sur l’idée d’une « transition politique et économique réussie ». Cette démarche garantira, selon lui, « la stabilité, permettra une meilleure exploitation des ressources disponibles et d’assurer un climat d’affaires qui favorise l’investissement, la libre concurrence et l’égalité des chances ». Elle permettra également de « réaliser des réformes politiques et de consacrer les libertés, la démocratie et l’alternance pacifique au pouvoir sur la base de la compétitivité entre les programmes ».

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter