Opinions


2432

Macron, l’homme de la repentance ?

8 mai 2017 | 21:48
Djamel Zerrouk

Deux mois avant son élection à la magistrature suprême française, Emmanuel Macron avait décidé de se rendre à Alger. Le déplacement n’avait rien de touristique ni de courtois.

Au contraire, les quelques heures passées dans la capitale algérienne avaient permis à ce jeune candidat de 39 ans, boosté par un mouvement indépendant, « En Marche », réunissant dans son état-major des personnalités de gauche comme de droite, de « prendre le pouls » de ses hôtes algérois. Les Algériens n’ont pas été avares de confidences sur le choix, s’il y avait lieu, à faire sur un candidat à la présidence française.

Certes, ce soutien n’a pas été signifié de vive voix lors du voyage éclair de Macron en Algérie, mais dans la période de l’entre-deux tours, le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, a jeté son dévolu sur l’ex-ministre de l’Economie de Hollande. Sans ambiguïté.

« Emmanuel Macron est notre ami, c’est un ami de l’Algérie et c’est la réalité », a-t-il déclaré à la presse. « Nous attendons le second tour le 7 mai », a ajouté Lamamra dont les propos ont été diffusés, notamment, par la chaîne privée Ennahar TV et repris par l’AFP le 26 avril dernier.

Les observateurs au fait du dossier « France » estiment que notre chef de la diplomatie avait très bien mesuré ses propos, d’autant plus que l’Algérie, lors des précédentes présidentielles françaises, avait toujours fait preuve d’un « non-alignement » actif.

Lamamra, s’exprimant au nom du président de la République, voulait-il expressément signifier à Macron que l’Algérie tenait à remercier le candidat suite à ses déclarations sur les crimes commis par la France coloniale durant 132 ans chez nous , et qu’il était opportun de lui renvoyer l’ascendeur ? Sans aucun doute.

Lors de sa visite à Alger en février, Emmanuel Macron avait qualifié la colonisation de « crime contre l’humanité », des propos qui avaient été accueillis favorablement en Algérie, mais qui suscitèrent l’ire des tenants de l’Algérie française, tant chez la droite que chez la gauche françaises. « La colonisation fait partie de l’histoire française.

C’est un crime, c’est un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant aussi nos excuses à l’égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes », avait déclaré le candidat centriste. Dans une contribution signée à la veille de son déplacement à Alger dans les colonnes de TSA, Emmanuel Macron avait fait état de « perspectives d’un nouvel âge franco-algérien ».

« Qui ne manquent pas ! », soulignait-il. Il est question, selon lui, d’une « vision partagée, (que) nous pouvons la promouvoir ensemble ». Devrait-on comprendre qu’aujourd’hui la France est à la veille de revoir sa copie, pour ce qui est notamment de son histoire ?

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter