Articles similaires

Monde

#TITRE

494

Lourdes peines infligées aux militants du Hirak

29 juin 2018 | 22:02
Maroc S.T

La condamnation à de lourdes peines allant jusqu’à 20 ans de prison des militants du mouvement de contestation sociale "Hirak Rif" dans le nord du Maroc, continue de susciter jeudi l’indignation dans le royaume et dans le monde.

Au Maroc, des manifestations ont été entamées mercredi soir à Al Hoceima, Nador Rabat et à Casablanca pour dénoncer les lourdes peines prononcées contre les leaders de la contestation rifaine, à l’appel d’associations et de comités de défense du mouvement "Hirak". Les manifestations ayant regroupés des centaines de personnes ont été dispersées par la force par les éléments de la police marocaine blessant plusieurs protestataires venus se rassembler pacifiquement et exprimer leur indignation et colère contre ce verdict qualifié "d’injuste".

Dans un communiqué, le Comité de soutien aux détenus du Hirak à Casablanca, tout en dénonçant les peines prononcées, a appelé à la poursuite des sit-in à travers le pays jusqu’à la libération des "prisonniers politiques" du mouvement "Hirak du Rif". Une pétition a été également lancée en parallèle, réclamant au parlement marocain de promulguer une loi d’amnistie générale pour les détenus du mouvement rifain. Le mouvement "Anfass démocratique" a appelé les parlementaires à adopter dans l’urgence la loi d’amnistie au profit des condamnés, pour permettre "une sortie de crise" et une "solution politique" à la situation dans la région du Rif. Se basant sur l’article 71 de la Constitution, le mouvement Anfass appelle à adopter la loi d’amnistie, qui aurait un effet rétroactif sur le verdict et permettrait de libérer l’ensemble des détenus.

Cet appel a été soutenu par le député de la région d’Al Hoceima, Nabil El Andalousi, invitant jeudi le parlement a accordé une amnistie aux condamnés du mouvement "Hirak", jugeant que les jugements ont été "trop sévères" à l’encontre de manifestants qui avaient soulevés des revendications d’ordres sociales et économiques. Le prince Moulay Hicham, cousin du roi Mohammed VI, a également réagi mercredi soir aux peines prononcées contre les animateurs du mouvement du Rif. Connu pour son opposition envers le régime marocain, il a ainsi indiqué, dans un tweet, que les peines prononcées à l’encontre des accusés étaient "sévères et douloureuses" et qu’elles "aggravent l’injustice" au Maroc. La secrétaire générale du Parti socialiste unifié (PSU) et coordinatrice nationale de la Fédération de la gauche démocratique marocaine Nabila Mounib s’est dite mercredi mortifiée par la condamnation des militants du mouvement de contestation sociale "Hirak Rif" dans le nord du Maroc.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter