Nationale

#TITRE

257

Sécurité dans les stades

Les services de police seront toujours mobilisés

30 septembre 2016 | 16:58
De notre bureau, Saïd Tissegouine

La loi n° 05-20I3 portant nouvelles orientations en matière d’organisation au niveau des structures sportives, stades de football plus particulièrement, a sans doute fait l’objet d’une certaine mal interprétation d’où des amalgames quant au rôle des services de police sur le plan sécuritaire.

« Les services de police n’ont jamais quitté nos stades de football et ne les quitteront pas ! Ils continueront à s’acquitter de leurs missions républicaines qui sont la sécurisation des biens et des personnes ! ». Ces deux phrases d’une cohérence indiscutable ont été prononcées par le commissaire principal de police, chef de service de wilaya de sécurité publique dépendant de la Sûreté de wilaya de Tizi-Ouzou, Fawzi Zitoiuni, jeudi dernier dans l’espace de la salle de conférences du centre des loisirs scientifiques de Tizi-Ouzou devant un parterre composé de la famille journalistique, des représentants et responsables du monde sportif, des représentants de la société civile et des cadres de la police. Alternant impeccablement dans son intervention l’arabe et le français, Fawzi Zitouni a mis en lumière les nouvelles dispositions en matière d’organisation de compétitions sportives dont le fond de l’équation a porté sur le rôle bien précis de tous les acteurs concernés. C’est ce contexte bien précis que le commissaire principal de police, chef de service wilaya de la sécurité publique a souligné « qu’en dehors du stade, la police peut assurer l’intervention en cas de besoin sans prendre aucune attache avec les responsables du club ou le propriétaire de la structure sportive ».

S’agissant de la sécurité à l’intérieur du stade, l’implication des responsables du club ou tout simplement les stadiers est impérative. L’implication des responsables du club, selon Fawzi Zitouni, se résume à l’étude des moyens d’accueil et de la forme organisationnelle de la compétition sportive. Le commissaire principal de police, chef de service de wilaya de la sécurité publique a assuré que cette nouvelle politique d’organisation de rencontres sportives a donné jusqu’à maintenant de bons fruits. « Avec trois rencontres footballistiques au stade du 1er-Novembre I954, le résultat que nous avons constaté est positif », a indiqué le conférencier.

A la question de savoir si les responsables du club peuvent réellement mettre sur pied un plan de sécurité au niveau de leur espace compétitif, le commissaire principal de police, chef de service de wilaya de la sécurité publique a répondu par l’affirmative, dès lors que ces responsables du club en question jouissent de l’appui et le concours des policiers en la matière, c’est-à-dire la mise sur pied d’un plan de sécurité. Le Jeune Indépendant n’en a pas été convaincu puisque l’apprentissage des Sciences Sécuritaire exige des cours rigoureux et spécifiques. Or, à la lumière de cette loi n° 05-2013, le policier conseille plus qu’il n’enseigne. Deux concepts tout à fait différents l’un de l’autre. 

Chauvinisme n’est pas hooliganisme

L’autre point soulevé par l’intervenant concerne une idée largement répandue selon laquelle le supporter chauvin nourrit plus de sympathie envers un responsable du club qu’un représentant de l’ordre public. En effet, un vrai supporter nourrit et manifeste le respect pour l’un et l’autre. Quant au hooligan, il n’a de respect pour personne. Son objectif est de casser et créer des troubles à chaque fois qu’une opportunité se présente à lui. Un confrère est allé jusqu’à suggérer la mise en place des télésurveillances au niveau des différents coins du stade du Premier-Novembre I954, car cela réduit considérablement la tentation du hooligan. C’est cette méthode même qui a permis l’anéantissement des hooligans en Angleterre. D’autres interventions ont porté sur les moyens sécuritaires à mettre en avant au niveau des structures sportives se situant hors compétence territoriale de la police. Il va sans dire que dans les zones rurales, la mission sécuritaire ou de maintien de l’ordre, ou règlement des contentieux est du ressort de la Ggendarmerie nationale. 

Le commissaire principal de police, chef de service de wilaya de la sécurité publique a promis aux concernés de soumettre ce cas précis à qui de droit. Un cadre de la direction de la Jeunesse et des Sports de la wilaya de Tizi-Ouzou, Halim Kriss, qui a longuement pris la parole, a explicité la politique des autorités en charge du volet sportif qui consiste à permettre à tout un chacun de jouir du droit au sport. C’est à travers cette vision que Halim Kriss a plaidé pour une meilleure implication des présidents des APC, notamment sur le plan de construction d’infrastructures devant accueillir l’activité sportive. Reprenant le micro, le commissaire principal, chef de service de wilaya de sécurité publique a fait un rappel de son exposé. A cette occasion, Fawzi Zitouni a réitéré que la police ne désertera pas les structures sportives, notamment les stades de football, qui accueillent un public nombreux. « J’insiste sur un point dont l’importance n’est pas des moindres : parler du retour de la police dans les stades serait une erreur puisqu’elle ne les a jamais quittés », a-t-il conclu.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter