Articles similaires

Santé

#TITRE

810

Les pharmaciens annulent leur grève

25 avril 2018 | 23:48
grève Lynda Louifi


Le président de la Snapao, Messaoud Belamri a indiqué ce mercredi lors d’une conférence de presse que son organisation a décidé de surseoir à la grève annoncée pour samedi prochain. Cette annonce est intervenue en raison du rétablissement de l’alinéa de l’article 156 portant sur le mode de gestion de leurs officines qui faisait l’objet du litige.


Selon le président de cette organisation syndicale « le ministère de la Santé a donné des assurances sérieuses et sûres pour le maintien de cet alinéa. Le bureau national a décidé donc de surseoir à cette grève » a-t-il indiqué. Néanmoins le responsable syndical se dit tout à fait déterminé « à rester vigilant et hautement préoccupé » face à de telles promesses. « Nous ne pouvons douter de telles promesses. Cet aliéné n’est pas propre uniquement aux propriétaires des officines » dit-il encore.


Durant leurs délibérations autour du projet de loi sanitaire, qui va être adoptée mardi prochain, les membres de l’APN ont été amenés à supprimer l’alinéa de l’article 259 spécifiant que « le pharmacien est l’unique propriétaire et le gestionnaire de l’officine dont il est titulaire ». Une décision qui a amené les membres de cette profession à réagir aussitôt. Ce qui n’a pas été du goût des pharmaciens.


Le président du SNAPO, Messaoud Belamri a précisé que les professionnels de la pharmacie sont « choqués » d’apprendre que « certains points contenus dans la nouvelle loi sur la santé touchent au cœur même du métier ». Selon le représentant des pharmaciens, la nouvelle loi touche au principe même de l’exercice du métier de pharmacien. Il s’agit de l’exigence qui fait que « le pharmacien est le propriétaire et gestionnaire de la pharmacie ». Ce principe est « supprimé sans aucune retenue », ce qui risque de « supprimer le principe de l’indépendance du pharmacien et la responsabilité de la filière de pharmacie », a ajouté M. Belamri. Intervenant hier à la chaîne III de la radio algérienne, M. Belamri a prévu que si la suppression de cet article est maintenue, l’activité pharmaceutique sera ouverte « au pouvoir de l’argent » et à une domination extérieure au pays, notamment concernant marché de la distribution du médicament. « La suppression d’une disposition de loi qui reconnaît la spécificité de notre profession et de notre activité commerciale va toucher à l’indépendance du pharmacien.


On va permettre à n’importe qui d’exercer ce métier », a souligné Messaoud Belamri, qui craint l’arrivée de groupes pharmaceutiques internationaux dans les circuits de distribution. Rappelant que la pharmacie représente une partie intrinsèque du système de santé dans son ensemble. M. Belamri estime qu’en touchant à son mode d’exercice, c’est tout le système de santé, y compris le système national du médicament, qui va en trouver ébranlé. Il est à noter que le SNAPO compte aujourd’hui quelque 12 000 pharmaciens d’officine répartis à travers le territoire national. Ces professionnels regrettent aussi, dans un communiqué rendu public le 23 avril, le fait que trois propositions, fortement défendues par les pharmaciens, n’aient pas été prises en compte. Il s’agit, entre autres, de la répartition géographique des officines afin


 


d’assurer « une disponibilité et une couverture pharmaceutique de l’ensemble du territoire national » et de l’institution du statut « de pharmacien assistant ».

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter