Nationale

#TITRE

295

Les marchés très animés

6 juin 2016 | 18:47
Kamel Cheriti

Alger sort de son activité habituelle en ce premier jour de ramadhan. Dès le lever du jour durant les jours de la semaine, la capitale connaît en effet une vie trépidante avec des embouteillages sans fin.

Ce n’était pas le cas hier lundi, début du ramadhan. La circulation était très fluide et les transports en commun, toujours bondés en semaine, circulaient à moitié vides. Les passants étaient peu nombreux, taciturnes, renfermés sur eux-mêmes. Le café du matin leur manquait et la soif commençait à faire son effet, avec la chaleur et la lourdeur du temps humide d’un été prématuré.

C’est que la venue du mois de Ramadhan, bien qu’attendue, a surpris. Les scientifiques ont établi leurs calculs, affirmant que le mois de Ramadhan devait commencer ce mardi. Mais le croissant lunaire a été observé dimanche, dès la tombée du jour et cet argument ayant force de loi, conforme aux fondements de l’Islam est irréfutable et indiscutable. Bien avant cependant, les citoyens se sont déjà préparés à vivre ce mois sacré.

Les jours précédant sa venue ont été marqués par une grande animation où les déplacements ont concerné tout le monde, avec des familles entières. Ce premier jour du mois de Ramadhan est donc présent. Avec le passage des heures, la vie s’anime progressivement, malgré l’ardeur des rayons du soleil.

Si nombreux, prévoyants pour éviter les encombrements, ont été ceux qui se sont approvisionnés en denrées alimentaires bien avant la venue du mois de Ramadhan, nombreux sont ceux aussi qui se rendent au marché en ce premier jour. Les marchands de diouls, pour le bourek traditionnel n’arrêtent pas de servir une clientèle qui se bouscule devant leurs étals.

Il en est de même pour le marchand de lben qui a posé sa cuve sur une table au milieu du marché Clauzel. Il offre un produit frais de lait de vache au prix concurrentiel de 70 DA le litre, alors que dans les superettes avoisinantes, il est vendu à 100 DA, conçu industriellement avec un goût douteux et plein de conservateur.

Dans ce marché Clauzel. les fruits et légumes abondent. Il faut dire que c’est la pleine saison des produits maraîchers et aussi des fruits., notamment les fraises et les abricots. Vu leur pleine saison et leur abondance, leur prix a quelque peu baissé. La pomme de terre et l’oignon n’ont jamais atteint un prix aussi bas en ce premier jour du mois de Ramadhan.

Au marché de la centrale syndicale, place du Premier mai, ces deux produits se vendent à 22 DA, le kilo. Un fait exceptionnel alors qu’en cette année 2016, la plupart des fruits et légumes ainsi que les denrées alimentaires, allant de l’huile aux légumes secs et aux boissons, ont augmenté de 10 à 25 % par rapport au mois de Ramadhan de 2015.

Ces augmentations sont perceptibles même dans ce marché du Premier mai où tous les produits sont vendus pourtant à prix d’usine. Ces prix ne semblent pas arrêter la frénésie des achats en ce premier jour du mois de Ramadhan, vu les gens sortir de ce marché avec des sachets pleins de marchandises.

C’est qu’en faisant le jeûne du mois de Ramadhan, la tendance est de s’approvisionner en excès de nourriture, fruit de l’imagination, alors qu’en réalité, au moment du f’tor, quelques cuillerées de chorba, un bourek, une salade, un fruit et une boisson suffisent largement pour apaiser la faim et vivre sainement ce mois de piété en conformité avec les préceptes de l’Islam. 

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter