Articles similaires

Regionale

#TITRE

351

Logements : les journalistes de Tizi-Ouzou décident de saisir la justice

7 avril 2018 | 23:21
Tizi-Ouzou Saïd Tissegouine


Les journalistes de la wilaya de Tizi-Ouzou, en assemblée générale ce samedi à la maison de la culture Mouloud-Mammeri, ont décidé, à l’issue de très chauds débats, de prendre enfin le taureau par les cornes, et ce aux fins de faire valoir leurs droits, durant longtemps bafoués.
La première mesure correctionnelle à la terrible iniquité qui frappe la corporation journalistique a trait bien sûr aux 100 logements de Draâ Ben Khedda auxquels ils ouvrent droit. Dans ce cas précis, les journalistes ont décidé de prendre langue avec le procureur près la cour de Tizi-Ouzou et le wali et de rendre publique une déclaration mentionnant leurs attentes. Et si d’ici mardi prochain aucune mesure ne vient corriger l’injustice dont ils sont victimes, il sera alors question pour eux de saisir la présidence de la République. Les 100 logements devaient être livrés, pour rappel, au courant du premier trimestre de l’année 2016. Hélas, ni l’OPGI, maître de l’ouvrage, ni le wali en sa qualité de premier responsable de la wilaya de Tizi-Ouzou n’ont jugé bon de rappeler à l’ordre le maître de l’œuvre. Ce dernier a non seulement mis son chantier à l’arrêt total, mais a décidé aussi de fermer tous les accès y menant.


L’entrepreneur, de toute évidence, a l’habitude d’encaisser l’argent sans toutefois rendre le service nécessaire au retour, poussant même l’outrecuidance jusqu’à saisir la justice en tant que plaignant. De quoi aurait-il été victime ? L’autre point portant revendication de la famille journalistique de la wilaya de Tizi Ouzou est naturellement la maison de la presse qui tarde à ouvrir ses portes. Nonobstant son inauguration il y a plus de deux années de cela, l’immeuble devant accueillir les bureaux des journaux est toujours fantomatique. Les journalistes locataires exigent le strict minimum d’aménagement des lieux, comme le chauffage pour l’hiver, les appareils de climatisation pour l’été, la connexion à l’Internet et, bien sûr, d’autres espaces en adéquation avec une maison de la presse.


Par ailleurs, les journalistes ont manifesté le vœu de s’acquitter des redevances de loyer pour le même montant se pratiquant dans d’autres wilayas, à l’instar de Chlef, Sidi Bel Abbès, Sétif, etc. Au niveau de ces wilayas, le journal, à travers son journaliste représentant, ne paye qu’un prix symbolique. Environ 1000 DA par mois. Pourquoi doivent-ils payer à Tizi-Ouzou au moins 5 000 DA ?

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter