Articles similaires

Regionale

#TITRE

231

Les dégâts causés par les intempéries du mois dernier sont énormes

4 décembre 2018 | 21:11
Tizi-Ouzou Saïd Tissegouine

Les dégâts causés par les intempéries les 3 et 4 novembre dernier sont énormes. Ils sont beaucoup plus importants que l’on croyait juste après la fin des intempéries. Il reste toutefois que l’évaluation exacte de ces dégâts en termes financiers n’a pas encore été déterminée.

C’est ce que nous avons appris auprès de la cellule de suivi et d’évaluation de l’APW de Tizi Ouzou, laquelle est d’ailleurs toujours en train de recenser les dégâts. Selon Saïd Farci, membre de la commission d’évaluation des dégâts, il reste encore à effectuer des sorties dans au moins cinq communes pour terminer toutes les opérations de recensement. Il s’agit, entre autres, des communes d’Azazga, Tadmaït, Draâ Ben Khedda et Aït Oumalou. Les neufs communes les plus touchées par ces intempéries sont Tigzirt, Azazga, Boudjima, Makouda, Draâ Ben Khedda, Tadmaït, Ouaguenoun, Aït Aïssa Mimoun et Draâ El-Mizan. Ce qui a subi le plus de dégâts, ce sont surtout les ponts et les chaussées. Selon Saïd Farci, si les dégâts ont été aussi importants c’est parce qu’il y a eu négligence humaine avant tout.

En effet, toujours selon notre interlocuteur, les routes n’étaient pas entretenues comme il se doit. Bien souvent, les fossés n’étaient pas nettoyés et au niveau des différents ponts, les opérations de curage étaient inexistantes. Ce qui fait que les alluvions et autres détritus, au fil du temps, ont bouché les orifices. Dans pareil cas, la puissance des eaux lors des crues des oueds entraîne logiquement les supports sur lesquels repose l’ouvrage, à savoir le pont. Pareil concernant les routes. L’absence de nettoyage et de curage des fossés entraîne obligatoirement le débordement des eaux sur les routes.

Dans ce cas, c’est la partie en bitume qui subit des dégradations. Mais qu’en est-il des dégâts subis par les particuliers ? Ce dossier est pris en charge par la commission de daïra concernée. Toutefois, rien n’est encore clair concernant une éventuelle indemnisation des personnes ayant subi des pertes. Le cas le plus édifiant est ce citoyen de Tarihant, dans la commune de Boudjima, dont la maison a été entièrement détruite durant ces intempéries. La maison en question a été emportée par un glissement de terrain. Ce citoyen sera-t-il indemnisé ? Par qui ? Sur quelle base ? Et si indemnisation il y a, à raison de combien cela se fera ? Toutes ces questions n’ont pas encore trouvé de réponses. Pour sa part, Saïd Farci a déclaré que le rapport final de la commission dont il fait partie sera probablement discuté au cours du mois de mars prochain, à l’occasion de la session de l’APW.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter